Berlin juge que l'euro n'est pas surévalué

mercredi 6 février 2013 15h53
 

BERLIN (Reuters) - L'euro ne semble pas surévalué au vu de sa tendance à long terme, a estimé mercredi le porte-parole de la chancelière allemande Angela Merkel, alors que Paris mène depuis plusieurs jours une offensive pour réclamer des initiatives européennes en matière de taux de change.

"Si vous regardez le contexte historique, le gouvernement allemand considère que l'euro n'est pas surévalué à l'heure actuelle", a déclaré Steffen Seibert au cours d'un point de presse.

Après cette déclaration, d'autant plus remarquée que le gouvernement allemand s'exprime rarement sur les taux de change, l'euro s'est raffermi à 1,3515 dollar contre 1,3506 auparavant.

Le président français François Hollande a déclaré mardi que l'Union européenne devait se fixer un objectif à moyen terme pour le niveau de l'euro afin de prévenir des mouvements "irrationnels" comme la hausse actuelle de la monnaie unique.

Le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, a renchéri mercredi, en annonçant que la France soulèverait la question du niveau de l'euro, qu'elle juge trop fort en ce moment, lors de la réunion de l'Eurogroupe lundi prochain à Bruxelles.

"Il y aura sûrement une conversation à ce sujet (...) mais la position du gouvernement allemand, c'est que la politique de change n'est pas un outil approprié pour accroître la compétitivité", a dit mercredi Steffen Seibert.

"Une dévaluation ciblée ne permet d'obtenir que des impulsions à court terme", a-t-il ajouté. "On ne peut pas assurer de cette manière un renforcement à long terme de la compétitivité."

Le porte-parole d'Angela Merkel a souligné que la hausse récente de la devise européenne était un signe du retour de la confiance des investisseurs, après une dépréciation "massive" au cours de la crise de la zone euro.

"Nous sommes profondément convaincus que les taux de change doivent refléter les données économiques fondamentales", a affirmé Steffen Seibert, rappelant que le G8 comme le G20 ont estimé qu'il était plus sage de laisser les marchés déterminer les taux de change.

Madeline Chambers et Gareth Jones,; Julien Dury pour le service français, édité par Véronique Tison

 
Alors que Paris mène depuis plusieurs jours une offensive pour réclamer des initiatives européennes en matière de taux de change, le porte-parole d'Angela Merkel a estimé mercredi que l'euro ne semblait pas surévalué au vu de sa tendance à long terme. /Photo d'archives/REUTERS/Peter Macdiarmid