EADS conforte son indépendance avec le choix de son président

mardi 5 février 2013 21h38
 

par Tim Hepher

PARIS (Reuters) - EADS a coupé mardi encore un peu plus le cordon qui le liait dans le passé aux Etats en proposant de nommer à son conseil d'administration l'ancien PDG de Thales, Denis Ranque, qui deviendra ainsi le premier président indépendant du groupe européen d'aéronautique et d'espace.

Le comité de nomination d'EADS va proposer à la prochaine assemblée générale de porter Denis Ranque, 61 à la présidence (non exécutive) du conseil d'administration du groupe à l'issue d'une assemblée générale qui devrait être convoquée fin mars début avril, a-t-on appris de deux sources proches du dossier.

Denis Ranque a appris cette décision alors qu'il bouclait une traversée de l'Atlantique en bateau, près de quatre ans après avoir été poussé à démissionner de la présidence de Thales.

"C'est un capitaine d'industrie très respecté avec une grande expérience du secteur et des différentes activités d'un groupe comme EADS", a déclaré l'une de ces sources.

Denis Ranque est l'un des 12 candidats au futur conseil d'administration d'EADS. Une fois élu le nouveau conseil désignera son président lors de sa première réunion.

Cette nomination peut être considérée comme une victoire pour le président exécutif du groupe, Tom Enders, qui a dû manoeuvrer habilement afin de défendre l'indépendance tout juste conquise d'EADS face aux velléités du gouvernement français de placer Anne Lauvergeon, l'ancienne présidente d'Areva, à la tête du conseil.

L'histoire du groupe, créé en 2000, a été jalonné de conflits entre les actionnaires français et allemands.

La composition du conseil était en effet un test important pour le groupe, après l'adoption en décembre d'un nouveau pacte d'actionnaires qui doit réduire l'influence des Etats.   Suite...

 
Selon une source proche du dossier, le comité de nomination d'EADS va proposer à la prochaine assemblée générale du groupe d'aéronautique et de défense de porter Denis Ranque, ancien PDG de Thales, à la présidence du conseil d'administration du groupe d'aéronautique et de défense. /Photo d'archives/REUTERS/Benoît Tessier