Le Niger veut rééquilibrer son partenariat avec Areva

lundi 4 février 2013 07h59
 

PARIS (Reuters) - Le Niger entend renégocier son partenariat avec le groupe français Areva pour l'exploitation de ses ressources d'uranium dans le sens d'un rééquilibrage et cherche d'autres partenaires, a déclaré dimanche son président Mahamadou Issoufou.

L'uranium est "une ressource qui ne rapporte pas au Niger", a-t-il plaidé sur TV5 Monde. L'entretien, enregistré samedi, a été diffusé dimanche.

Son exploitation rapporte "à peine 100 millions d'euros par an", déplore le président nigérien. "Ça représente 5% à peine de notre budget, ce n'est pas admissible. C'est pour cela que j'ai demandé un équilibrage du partenariat entre Areva et le Niger".

"Il faut que ce soit gagnant gagnant, c'est la condition pour que ce partenariat soit durable", a-t-il souligné.

"Pour qu'il soit durable, nous voulons renforcer ce partenariat stratégique avec Areva, mais pour que cela puisse se faire, il faut que le Niger gagne, il faut que la France gagne", a insisté Mahamadou Issoufou.

"Les négociations sont en cours, elles ne sont pas encore terminées", a-t-il précisé, ajoutant être favorable à l'arrivée de nouveaux investisseurs, en plus de la France, premier investisseur unique dans le pays.

Interrogé sur l'intérêt éventuel de la Chine dans le secteur, il a répondu : "Notre objectif est de diversifier nos partenaires dans l'extraction d'uranium".

"Il n'y a pas de raison d'exclure d'autres pays qui souhaitent coopérer avec nous", a-t-il ajouté sans nommer de potentiels partenaires.

Contacté par Reuters, Areva s'est refusé à tout commentaire.   Suite...

 
Le Niger entend renégocier son partenariat avec le groupe français Areva pour l'exploitation de ses ressources d'uranium dans le sens d'un rééquilibrage et cherche d'autres partenaires, a déclaré dimanche son président Mahamadou Issoufou. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau