Chypre, petite île mais gros problème pour la zone euro

jeudi 31 janvier 2013 13h04
 

par Jan Strupczewski et John O'Donnell

BRUXELLES (Reuters) - Alors qu'elle pensait se rapprocher de la sortie de crise après trois ans de tempêtes économiques, financières et politiques, la zone euro est aujourd'hui rattrapée par les difficultés de Chypre, qui semblent combiner certains des pires problèmes des dossiers grec, espagnol et irlandais.

Selon les dernières estimations des analystes, Chypre a besoin de 17,5 milliards d'euros d'argent frais, dont 10 milliards pour ses banques. Un montant faible dans l'absolu mais qui représente près de 100% de son produit intérieur brut (PIB), près de trois fois plus que dans le cas du Portugal.

Bien sûr, la zone euro peut se permettre d'accorder une telle aide. Le problème, c'est que la République de Chypre et ses 800.000 citoyens risquent de ne jamais être en mesure de la rembourser.

Autre difficulté: le Fonds monétaire international (FMI) ne prendra pas part au plan d'aide, ce qui pourrait mettre en doute la crédibilité de celui-ci.

"Chypre est, au niveau national, le risque le plus grave auquel la zone euro est confrontée aujourd'hui", a déclaré la semaine dernière Charles Dallara, de l'Institut de la finance internationale (Ifi), la fédération d'institutions financières qui a négocié la restructuration de la dette grecque l'an dernier.

La toute première demande d'aide extérieure de Chypre date de juin dernier mais les discussions régulièrement interrompues engagées depuis avec la Commission européenne, la Banque centrale européenne (BCE) et le FMI n'ont pas permis d'aboutir.

Les négociations doivent entamer un nouveau cycle après l'élection présidentielle prévue à Chypre le 17 février, ce qui peut théoriquement permettre un examen d'un projet de plan d'aide par les ministres des Finances de la zone euro fin mars. Mais certains responsables européens estiment que les pourparlers pourraient se prolonger jusqu'en mai.

IMPOSER DES PERTES AUX CRÉANCIERS ?   Suite...

 
Alors qu'elle pensait se rapprocher de la sortie de crise après trois ans de tempêtes économiques, financières et politiques, la zone euro est aujourd'hui rattrapée par les difficultés de Chypre, qui semblent combiner certains des pires problèmes des dossiers grec, espagnol et irlandais. /Photo d'archives/REUTERS/Alex Domanski