Chute de 59% des bénéfices 2012 de Santander

jeudi 31 janvier 2013 16h21
 

MADRID (Reuters) - Santander, la première banque espagnole, a publié jeudi un bénéfice annuel réduit de plus de moitié par de nouvelles provisions pour créances douteuses et des dépréciations d'actifs immobiliers sur le marché espagnol ainsi qu'un recul des profits sur certains marchés de croissance comme le Brésil.

Le bénéfice net du groupe a chuté de 59% sur l'exercice à 2,21 milliards d'euros, un résultat inférieur aux attentes des analystes, qui le donnaient en moyenne à 2,48 milliards d'euros.

Santander, plus gros prêteur de la zone euro, précise que son ratio de créances douteuses ressortait à 4,54% fin décembre.

Sur le seul marché espagnol, qui représente 15% des bénéfices de la banque, ce ratio a légèrement augmenté en trois mois, passant de 6,38% fin septembre à 6,74% fin décembre.

Sur l'Amérique latine, notamment le Brésil, qui génère 26% du bénéfice, mais qui est confrontée à un ralentissement de sa croissance, le ratio de créances douteuses a également augmenté.

Le groupe bancaire ajoute avoir porté à 18,8 milliards d'euros ses provisions sur créances douteuses et précise avoir désormais passé l'intégralité des dépréciations liées à l'immobilier espagnol imposées par les autorités nationales.

"En 2013, une fois terminée le provisionnement spécial, nous aurons une forte croissance des résultats, soutenus par les bénéfices récurrents et le contrôle des coûts", a déclaré le président de Santander Emilio Botin, dans un communiqué.

Santander affirme également avoir décidé de rembourser à la Banque centrale européenne (BCE) un montant de 24 milliards d'euros, sur les 35 milliards empruntés dans le cadre des opérations de refinancement à plus long terme (LTRO).

L'action recule de 2,73% à la Bourse de Madrid dans l'après-midi, alors que l'indice sectoriel des banques européennes abandonne 0,37% au même moment.   Suite...

 
Le président de Santander Emilio Botin. La première banque espagnole a publié un bénéfice annuel réduit de plus de moitié par de nouvelles provisions pour créances douteuses et des dépréciations d'actifs immobiliers sur le marché espagnol ainsi qu'un recul des profits sur certains marchés de croissance comme le Brésil. Le bénéfice net du groupe a chuté de 59% sur l'exercice à 2,21 milliards d'euros. /Photo prise le 31 janvier 2013/REUTERS/Sergio Perez