Recyclage des terres rares, l'idée lumineuse de Rhodia

mercredi 30 janvier 2013 16h54
 

par Claude Canellas

LA ROCHELLE, Charente-Maritime (Reuters) - Rhodia vient d'investir 15 millions d'euros dans deux unités industrielles en France pour recycler les ampoules basse consommation qui contiennent les métaux précieux issus de six terres rares dont le prix ne cesse d'augmenter.

Selon le groupe Solvay, qui a repris Rhodia en 2011, seule l'usine de La Rochelle produit dans le monde des terres rares issues du recyclage des lampes, qui en tirent leur luminescence.

Ces terres, 17 éléments naturels d'origine minérale, se trouvent dans nombre de technologies utilisées régulièrement dans la vie courante, comme les pots catalytiques, les écrans LCD, les microprocesseurs et les ampoules à basse consommation.

L'usine Solvay-Rhodia de La Rochelle (Charente-Maritime), née en 1948 sous le nom de Société française de terres rares pour fabriquer des pierres à briquet, peut en produire treize, quatre d'entre elles n'ayant pas d'application industrielle.

Parmi elles, on trouve six terres rares qui se trouvent dans les lampes basse consommation -- lanthane, cérium, europium, terbium, gadolinium et yttrium.

C'est d'ailleurs dans cette unité industrielle que deux chercheurs ont trouvé le procédé permettant de les recycler, qui est devenu le projet baptisé Coléop'terre.

"Au prix pratiqué avant les années 2008, le procédé n'était pas suffisamment compétitif pour être développé sur le plan industriel", indique Frédéric Fournet, directeur de l'usine de La Rochelle.

PÉKIN A RESTREINT SES EXPORTATIONS   Suite...