Mariano Rajoy va adoucir l'austérité avec un peu de relance

mardi 29 janvier 2013 11h49
 

par Sarah Morris et Fiona Ortiz

MADRID (Reuters) - Le gouvernement espagnol est en train de préparer un ensemble de mesures fiscales destinées à soutenir la croissance de l'économie sans remettre en cause la priorité donnée à la réduction du déficit.

Le président du gouvernement, Mariano Rajoy, dont la popularité est au plus bas dans les enquêtes d'opinion, devrait présenter ce plan le 20 février, pour tenter de regagner la confiance des électeurs qui l'ont porté au pouvoir fin 2011.

A l'époque, il avait promis de réduire les déficits et de vaincre la défiance des investisseurs, des objectifs atteints, certes, mais la récession n'a fait que s'amplifier depuis, portant le taux de chômage à 26% fin 2012 et décourageant la consommation.

Les ventes au détail, en recul pour le trentième mois d'affilée, ont ainsi chuté de 10,7% en décembre par rapport au même mois de 2011 selon des statistiques officielles publiées mardi.

Elles souffrent notamment du relèvement de la TVA entré en vigueur en septembre et de la baisse des traitements des fonctionnaires. Une politique que les mesures prévues pour février devraient infléchir sans la remettre en cause.

"Il s'agit d'un plan de micro-politiques, concentré sur des secteurs précis", a souligné une porte-parole de Mariano Rajoy.

Elle a refusé d'en préciser le contenu et le coût mais elle a assuré que "d'aucune manière il ne fragilise notre engagement à réduire le déficit".

Le plan inclura des incitations fiscales pour les PME exportatrices, le développement d'un marché des billets de trésorerie pour les petites entreprises en quête de financements et une nouvelle ligne de crédit pour les entreprises, selon la presse.   Suite...

 
Le gouvernement espagnol est en train de préparer un ensemble de mesures fiscales destinées à soutenir la croissance de l'économie sans remettre en cause la priorité donnée à la réduction du déficit. /Photo d'archives/REUTERS/Andrea Comas