Monte Paschi n'a pas de preuve de malversation sur Antonveneta

lundi 28 janvier 2013 18h38
 

par Silvia Aloisi et Lisa Jucca

MILAN (Reuters) - Banca Monte dei Paschi di Siena a déclaré lundi ne disposer d'aucune preuve de corruption liée au rachat de la banque Antonveneta mais elle a admis l'existence d'irrégularités comptables touchant à des dérivés en mettant en cause de précédentes équipes dirigeantes.

Fabrizio Viola, nommé administrateur délégué en 2012 après la mise à l'écart de l'ancienne direction de la banque, a expliqué que la banque avait monté avant son arrivée des opérations de refinancement complexes pour dissimuler des pertes, l'exposant dangereusement aux fluctuations des taux d'intérêt.

"Nous avons aujourd'hui la certitude que des erreurs ont été commises; qu'elles l'aient été par négligence ou de manière délibérée, voilà ce qu'il faudra éclaircir", a-t-il dit à des journalistes.

La banque fondée en 1472 accumule les problèmes depuis le rachat de Banca Antonveneta pour neuf milliards d'euros en 2007, juste avant la crise financière mondiale.

Une source au fait de l'enquête judiciaire a dit à Reuters que le parquet examinait la possibilité de pots-de-vin lors de cette opération. Les magistrats enquêtent également sur des opérations de dérivés faites par la banque.

"Nous avons trouvé des contrats financiers qui, (...) dès le départ, étaient comptabilisés de manière incorrecte. Ces contrats ont sans doute été mis en place pour étaler dans le temps l'impact des pertes subies à ce moment-là, peut-être aussi par le biais d'autres opérations financières", a ajouté Fabrizio Viola.

La banque a révélé la semaine dernière des pertes susceptibles d'atteindre 720 millions d'euros liées en particulier à des opérations sur dérivés réalisées de 2006 à 2009.

Fabrizio Viola a dit qu'un document essentiel liant deux des transactions financières en question avait été dissimulé dans un coffre au siège de la banque et donc caché aux yeux des autorités jusqu'à ce que lui-même le découvre en octobre.   Suite...

 
Fabrizio Viola, administrateur délégué de Banca Monte Paschi di Siena, a déclaré lundi, en conférence de presse à Milan, ne disposer d'aucune preuve de corruption liée au rachat de la banque Antonveneta mais son groupe a admis l'existence d'irrégularités comptables touchant à des dérivés en mettant en cause de précédentes équipes dirigeantes. /Photo prise le 28 janvier 2013/REUTERS/Alessandro Garofalo