Le Japon a facilité la certification du Boeing 787

lundi 28 janvier 2013 12h15
 

par Mari Saito et Tim Kelly

TOKYO (Reuters) - Le gouvernement japonais a donné un coup de pouce au Boeing 787 Dreamliner et à ses sous-traitants nippons en assouplissant en 2008 la procédure de certification, selon des documents et témoignages obtenus par Reuters.

Grâce aux concessions décidées par une commission consultative du ministère des Transports, des firmes japonaises ont obtenu de fournir 35% des composants et équipements du nouvel avion, allant de la fibre de carbone utilisée dans les ailes aux systèmes électriques sophistiqués et aux piles servant à économiser le carburant, ont indiqué des participants aux délibérations.

Le tout sous la pression des compagnies aériennes All Nippon Airways et Japan Airlines, aujourd'hui principales clientes du 787 et les plus affectées par la décision des autorités de l'aviation civile de suspendre les vols du Dreamliner après des incidents à répétition concernant notamment ses batteries à lithium-ion.

"Je pense que la demande de changement est venue d'abord des compagnies aériennes. Il s'agissait de réduire leurs coûts opérationnels", a dit Masatoshi Harigae, président de l'agence japonaise d'exploration aérospatiale et l'un des experts indépendants favorables à l'assouplissement des normes.

Rien ne dit que cette décision a contribué aux problèmes du Dreamliner ou qu'un maintien d'inspections manuelles plus fréquentes aurait permis de détecter les failles plus tôt.

Mais les mesures prises par le Bureau japonais de l'aviation civile en 2008 soulignent des liens commerciaux étroits entre Boeing et ses fournisseurs japonais, et montrent combien les pressions d'ANA et de JAL ont permis d'orienter l'avis de la commission.

Les deux compagnies aériennes n'ont pas souhaité faire de commentaire.

"Nous n'avons pas abaissé nos standards en comparaison avec d'autres pays. C'était une révision pragmatique", a indiqué pour sa part Tatsuyuki Shimazu, ingénieur chargé du dossier au Bureau de l'aviation civile.   Suite...

 
Le gouvernement japonais a donné un coup de pouce au Boeing 787 Dreamliner et à ses sous-traitants nippons en assouplissant en 2008 la procédure de certification, selon des documents et témoignages obtenus par Reuters. Rien ne dit néanmoins que cette décision a contribué aux problèmes du Dreamliner ou qu'un maintien d'inspections manuelles plus fréquentes aurait permis de détecter les failles plus tôt. /Photo prise le 19 janvier 2013/REUTERS/Issei Kato