La sécurité, poule aux oeufs d'or des groupes de défense

lundi 28 janvier 2013 09h43
 

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Attaques terroristes, guerre informatique, surveillance de sites critiques : les groupes de défense parient sur la multiplication des risques et la demande de protection accrue pour utiliser leur savoir-faire dans le lucratif marché de la sécurité au moment où les budgets militaires font les frais de l'austérité.

Les spécialistes des équipements destinés aux armées comme EADS, Thales et Safran utilisent leur maîtrise de logiciels militaires complexes pour sécuriser des frontières interminables, des villes entières ou des centrales nucléaires.

Les entreprises occidentales, en quête de relais de croissance dans le monde, investissent de plus en plus dans des pays où la sécurité peut être aléatoire, comme l'a montré la récente prise d'otages sur un site gazier à In Amenas, en Algérie.

"La croissance restant limitée en Europe, les entreprises vont chercher des marchés à l'étranger, y compris dans des pays parfois instables voire dangereux pour le personnel et dans d'autres qui n'hésitent pas à copier certaines technologies", note Guillaume Rochard, associé au sein du cabinet PricewaterhouseCoopers.

Frost & Sullivan estime de son côté que le marché mondial de la sécurité représentera 200 milliards de dollars en 2020 contre 140 milliards actuellement, sans prendre en compte la cybersécurité.

Face aux groupes américains, les sociétés européennes bénéficient des restrictions pesant pour l'instant sur les exportations de systèmes de sécurité américains, qui pourraient toutefois être assouplies, note Guy Anderson, analyste aérospatiale et défense au sein du cabinet IHS Jane's.

"Les entreprises américaines profitent, elles, du fait qu'elles sont sur le premier marché mondial et sont soutenues par la seule vraie superpuissance du monde", dit-il. "L'Europe est loin d'être hors jeu mais la compétition sera intense."

Les groupes européens, parmi lesquels figurent également BAE Systems et Selex, filiale de Finmeccanica, ont pour concurrents les géants américains de la défense comme Boeing, Lockheed Martin, General Dynamics et Northrop Grumman.   Suite...

 
Les groupes de défense parient sur la multiplication des risques et la demande de protection accrue pour utiliser leur savoir-faire dans le lucratif marché de la sécurité au moment où les budgets militaires font les frais de l'austérité. Les spécialistes des équipements destinés aux armées comme EADS, Thales et Safran utilisent notamment leur maîtrise de logiciels militaires complexes pour sécuriser des frontières, des villes ou des centrales nucléaires. /Photo d'archives/REUTERS/Tobias Schwarz