La Banque d'Italie aurait été avertie dès 2010 sur Monte Paschi

vendredi 25 janvier 2013 13h35
 

ROME (Reuters) - La Banque d'Italie (BoI) avait exprimé des craintes dès 2010 concernant les dérivés de la banque Monte dei Paschi di Siena, écrit un journal italien vendredi, ce que la banque centrale dément.

La plus ancienne banque au monde a révélé cette semaine qu'elle risquait d'accuser une perte de 720 millions d'euros sur des contrats de dérivés, en particulier les contrats "Alexandria", passé avec la banque japonaise Nomura, et "Santorini", noué avec Deutsche Bank.

La Banque d'Italie affirmait mercredi avoir reçu de la nouvelle direction de Monte dei Paschi des documents sur des dérivés qui lui avaient été jusqu'alors cachés.

Mais le quotidien Corriere della Sera s'appuie sur un rapport de la banque centrale rédigé après une inspection réalisée en 2010 -Mario Draghi était à l'époque gouverneur de la BoI- le passage cité faisant référence aux contrats Alexandria et Santorini et les juge insuffisamment contrôlés.

"Certains investissements à long terme ont des profils de risque insuffisamment contrôlés et qui n'ont pas été soumis à la direction administrative", peut-on lire dans le Corriere della Sera.

"En particulier, une liquidité abondante (1,8 milliard d'euros) a été investie dans deux opérations d'une valeur nominale de cinq milliards d'euros avec Nomura et Deutsche Bank à Londres".

Une porte-parole de la Banque d'Italie contactée vendredi n'a fait aucun commentaire dans l'immédiat sur l'article du quotidien. Une autre contactée la veille s'était refusé à tout commentaire sur le sujet, déclarant qu'il était "de la responsabilité des autorités nationales".

En revanche le gouverneur de la Banque d'Italie Ignazio Visco a réagi depuis le Forum économique de Davos, en Suisse, rejetant toute idée d'une carence de la part de l'institut d'émission.

"Il est faux d'insinuer qu'il y a eu un manque de surveillance de la part de la Banque d'Italie", a-t-il dit à la chaîne de télévision CNBC, ajoutant que la BoI n'avait rien à cacher.   Suite...

 
La Banque d'Italie (BoI) avait exprimé des craintes dès 2010 concernant les dérivés de la banque Monte dei Paschi di Siena, selon le quotidien Corriere della Sera, une affirmation démentie par la banque centrale. /Photo prise le 24 janvier 2013/REUTERS/Stefano Rellandini