Après Monte Paschi, Monti prône un réexamen de la régulation

vendredi 25 janvier 2013 10h53
 

ROME (Reuters) - Le président du Conseil italien, Mario Monti, a réclamé vendredi une enquête rigoureuse dans l'affaire des pertes sur dérivés de la banque Monte dei Paschi di Siena et jugé que le système réglementaire européen devait être réexaminé.

Il a ajouté que les autres banques italiennes n'étaient pas affectées par les problèmes de Monte Paschi, la plus ancienne banque au monde.

S'exprimant sur une radio, Mario Monti a ajouté que le gouvernement n'était pas responsable de la situation de la banque, qui a révélé cette semaine des pertes sur instruments financiers dérivés susceptibles d'atteindre 720 millions d'euros.

Le président du conseil d'administration de la banque a assuré vendredi que la situation était tout à fait maîtrisée.

"Je vous rappellerai que nous avons 31.000 salariés; nous avons une belle société de six millions de clients", a dit Alessandro Profumo à l'occasion d'une AG des actionnaires.

Mario Monti a dit avoir toute confiance dans la Banque d'Italie pour traiter le dossier, comme l'avait fait la veille le président de la République, Giorgio Napolitano. Jeudi, il avait rejeté les accusations de négligence portées à l'encontre des autorités de tutelle dans l'affaire et s'était dit prêt à convoquer le Parlement en session extraordinaire pour examiner le dossier.

A un mois tout juste des élections législatives italiennes, le chef du gouvernement a estimé que ses rivaux du Parti démocrate (centre-gauche), en tête dans les sondages, seraient touchés par le scandale en raison de leurs liens historiques avec la banque.

Des élus de droite et d'extrême gauche ont mis en cause les liens entre le Parti démocrate et la banque et reproché à Mario Monti d'avoir utilisé l'argent des contribuables pour la sauver.

En Bourse de Milan, l'action Monte Paschi gagnait 7,59% vers 10h30 après avoir perdu près de 20% depuis le début de la semaine.

James Mackenzie et Silvia Aloisi, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Angrand

 
Le président du Conseil italien, Mario Monti, a réclamé vendredi une enquête rigoureuse dans l'affaire des pertes sur dérivés de la banque Monte dei Paschi di Siena et a jugé que le système réglementaire européen devait être réexaminé. /Photo prise le 25 janvier 2013/REUTERS/Stefano Rellandini