Monti s'exprime sur le scandale des dérivés de Monte Paschi

jeudi 24 janvier 2013 21h35
 

par Stephen Jewkes et Silvia Aloisi

MILAN/ROME (Reuters) - Le président du Conseil italien Mario Monti est intervenu jeudi dans le scandale entourant Banca Monte dei Paschi di Siena, la troisième banque italienne, rejetant des accusations disant que les autorités avaient échoué à repérer d'important pertes de trading menaçant le bilan de l'établissement.

Fabrizio Viola, administrateur délégué de la banque, considérée comme la plus vieille de monde, a déclaré plus tôt dans la journée que Monte Paschi était exposée à hauteur de 720 millions d'euros aux pertes sur dérivés récemment découvertes.

Survenant à un mois de la tenue d'élections législatives - prévues les 24 et 25 février, l'annonce de ces pertes a immédiatement pris un tour politique, d'autant plus Monte Paschi est historiquement liée au centre-gauche, actuellement en tête dans les sondages d'opinion.

Des élus de droite et d'extrême gauche ont ainsi accusé le Parti démocrate de mauvais gestion de la banque et reproché à Mario Monti d'avoir recours à l'argent des contribuables pour la sauver.

Monte Paschi a sollicité l'an dernier une aide publique totale de 3,9 milliards d'euros.

Le Trésor italien a toutefois souligné que l'établissement n'avait toujours pas rempli les conditions requises pour l'octroi de cette aide. Les actionnaires de Monte Paschi devront se prononcer sur la question vendredi avant que la Banque d'Italie donne son avis sur l'opération.

Réagissant aux critiques, Mario Monti s'est dit prêt à convoquer le Parlement en session extraordinaire pour évoquer le dossier, tout en défendant le travail des autorités de supervision.

"Je ne pense pas que la supervision soit en cause et il est important de dissocier la question Monte dei Paschi de la confusion qui l'entoure pour des raisons qui sont évidentes", a-t-il dit en marge du Forum économique de Davos.   Suite...

 
Le président du Conseil italien Mario Monti est intervenu jeudi dans le scandale entourant Banca Monte dei Paschi di Siena, la troisième banque italienne, rejetant des accusations disant que les autorités avaient échoué à repérer d'important pertes de trading menaçant le bilan de l'établissement. /Photo d'archives/REUTERS/Stefano Rellandini