Des groupes français miseraient sur les Pays-Bas pour leurs impôts

mercredi 23 janvier 2013 20h01
 

AMSTERDAM (Reuters) - Les grandes entreprises françaises ont de plus en plus recours à des holdings installées aux Pays-Bas pour réduire leurs impôts, écrit mercredi le quotidien néerlandais Het Financieele Dagblad, citant ses propres investigations.

EDF, GDF Suez, Thales et Veolia Environnement ont tous créé récemment des holdings financières de droit néerlandais, précise-t-il.

Il ajoute que 20 entreprises françaises réalisant un chiffre d'affaires de plus de deux milliards d'euros ont créé de telles holdings pour bénéficier des multiples accords fiscaux bilatéraux signés par les Pays-Bas, qui permettent d'éviter une double imposition.

Une porte-parole d'EDF a déclaré que les holdings néerlandaises détenues par le groupe n'avaient pas été créées par lui mais acquises lors du rachat de centrales électriques polonaises à l'allemand EnBW en 2011.

De son côté, GDF Suez a expliqué à Reuters que l'existence de holdings aux Pays-Bas n'était pas motivée par des raisons fiscales mais lié aux activités locales du groupe.

Un porte-parole de Thales a déclaré que le groupe était présent aux Pays-Bas depuis 1922 et que les statuts de sa filiale locale n'avaient jamais été modifiés depuis.

Veolia a déclaré ne détenir aucune holding financière aux Pays-Bas.

L'Etat français est actionnaire des quatre entreprises, à hauteur de 84% pour EDF.

Gilbert Kreijger; Marc Angrand pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot