Siemens signale une demande industrielle en baisse

mercredi 23 janvier 2013 10h49
 

MUNICH (Reuters) - Siemens a averti mercredi que la demande industrielle était en cours de ralentissement et annoncé une baisse de ses nouvelles commandes au titre de son premier trimestre.

Le géant industriel allemand a précisé que ses entrées de commandes avaient diminué de 3% sur la période allant d'octobre à décembre, à 19,141 milliards d'euros, un chiffre qui reste toutefois supérieur au consensus de marché (18,918 milliards).

"Pour le reste de l'année, nous n'attendons par de soutien de l'économie mondiale pour nous aider à atteindre nos objectifs", dit le président du directoire Peter Löscher dans le communiqué de résultats.

Il a ajouté devant la presse qu'il ne voyait pas d'amélioration de l'économie en zone euro dans les mois à venir, et que la demande industrielle en Chine ne se reprendrait pas avant le second semestre de cette année.

"L'état d'esprit en Europe s'est calmé au second semestre 2012, mais la production économique dans la zone euro va probablement diminuer encore une fois", a-t-il dit.

"Les Etats-Unis et l'Allemagne se sont bien comportés, mais la demande chinoise en tant que pays industriel ne repartira de l'avant au plus tôt qu'au second semestre."

Le groupe de Munich, dont la gamme de produits va des trains à grande vitesse aux éoliennes en passant par les ampoules électriques et les prothèses auditives, a précisé que les commandes de sa branche Industrie avaient baissé de 8%.

Ses résultats trimestriels ont été en légère baisse en raison de charges découlant du report d'une commande de train à grande vitesse et de son nouveau programme d'économies.

Le groupe a réalisé un bénéfice net des opérations poursuivies de 1,295 milliard d'euros, en repli de 1%, un chiffre toutefois supérieur au consensus des analystes qui était de 1,14 milliard. La presse allemande avait évoqué mardi un chiffre d'environ 1,3 milliard.   Suite...

 
Siemens publie des résultats en légère baisse pour son premier trimestre fiscal en raison de charges découlant du report d'une commande de train à grande vitesse et de son nouveau programme d'économies. /Photo d'archives/REUTERS/Fabrizio Bensch