Davos à la recherche de la confiance perdue

mardi 22 janvier 2013 11h51
 

par Emma Thomasson

ZURICH (Reuters) - En prononçant un discours intitulé "Diriger malgré l'adversité", le président du Conseil italien, Mario Monti, donnera le ton du Forum économique mondial qui s'ouvre mercredi à Davos dans un climat de crise économique et d'incertitude diplomatique.

Plus de 1.500 dirigeants d'entreprises et une cinquantaine de chefs d'Etat et de gouvernement sont attendus du 23 au 27 janvier dans la petite station de sports d'hiver suisse pour ce rituel mondain très couru chaque année.

"Il est très clair que l'avenir de l'économie mondiale est fondé sur le rétablissement de la confiance. Rétablir la confiance dans les dirigeants, rétablir la confiance dans notre avenir. Et cela signifie que nous devons sortir du mode crise", a déclaré le fondateur du Forum, Klaus Schwab, lors d'une conférence de presse.

Pour y parvenir, le chemin risque d'être difficile, à en croire l'enquête annuelle de la société de relations publiques Edelman publiée lundi.

Cette étude réalisée dans 26 pays montre certes un léger regain de confiance dans les entreprises et les gouvernements par rapport à l'an dernier mais seules 26% des personnes interrogées font confiance aux chefs d'entreprise pour résoudre les problèmes sociaux et 15% aux chefs de gouvernement.

Dix-neuf pour cent seulement des sondés estiment que les entreprises sont capables de décisions moralement justes. La même question posée à propos des politiques ne donne que 14% de "oui".

"Il y a un manque de confiance incroyable en ceux qui dirigent", commente Richard Edelman, le directeur général de la société. "Les niveaux de confiance dans les gouvernements sont plus mauvais que dans les entreprises, mais l'un et l'autre sont atroces."

Richard Edelman souligne que les dirigeants politiques et économiques pâtissent des scandales à répétition dans le monde bancaire, ainsi que de divers scandales et controverses qui vont des aveux de dopage du coureur cycliste Lance Armstrong à la mise à l'écart de l'homme politique chinois Bo Xilai après un meurtre impliquant sa femme, en passant par le scandale de moeurs à la BBC.   Suite...

 
Plus de 1.500 dirigeants d'entreprises et une cinquantaine de chefs d'Etat et de gouvernement sont attendus du 23 au 27 janvier au Forum économique mondial qui s'ouvre mercredi à Davos dans un climat de crise économique et d'incertitude diplomatique. /Photo prise le 21 janvier 2013/REUTERS/Pascal Lauener