Les vols de B787 suspendus au Japon après les incidents

mercredi 16 janvier 2013 17h00
 

par Mayumi Negishi et Tim Kelly

TOKYO (Reuters) - Les deux principales compagnies aériennes japonaises ont suspendu mercredi les vols de Boeing 787 Dreamliner après un nouvel incident, un appareil de ce type ayant dû atterrir d'urgence dans l'ouest du Japon.

Boeing est pénalisé en Bourse et le titre de l'avionneur américain reculait de 3,4% à 74,32 dollars après une heure de cotation à Wall Street.

L'avion de la compagnie All Nippon Airlines (ANA) a été contraint de se dérouter lorsque les pilotes ont senti une odeur inquiétante dans le cockpit et ont reçu un signal d'alerte de fumée en provenance du panneau électronique.

Les 129 passagers et huit membres d'équipage ont été évacués sains et saufs mais le ministère japonais des Transports a qualifié cet incident de "très grave", ce qui laisse entendre qu'il aurait pu conduire à un accident.

ANA a immédiatement annoncé qu'elle clouait au sol ses 17 Dreamliner le temps de procéder à des vérifications. L'autre grande compagnie aérienne japonaise, Japan Airlines, a fait de même.

Les deux compagnies, qui exploitent 24 des 50 Dreamliner vendus à ce jour par Boeing, ont précisé qu'elles décideraient jeudi soir d'une éventuelle reprise des vols de 787.

La cause de l'incident de mercredi n'a pas été déterminée mais le vice-président d'ANA, Osamu Shinobe, a précisé que les instruments de mesure à bord de l'appareil avaient signalé un problème sur une batterie.

Un responsable de l'administration de l'aviation civile japonaise, qui a dépêché des enquêteurs sur place, a fait état d'un second signal d'urgence, provoqué par de la fumée.   Suite...

 
Un Boeing 787 a été contraint d'effectuer un atterrissage d'urgence mercredi à Takamatsu, dans l'ouest du Japon, en raison d'un problème technique qualifié de sérieux et qui a incité deux compagnies aériennes locales à suspendre les vols de ce type d'appareils pour des vérifications de sécurité. /Photo prise le 16 janvier 2013/Mandatory Credit REUTERS/Kyodo