Paris militerait pour un rachat d'Opel par PSA

mardi 15 janvier 2013 17h35
 

par Sophie Sassard et Arno Schuetze

LONDRES/FRANCFORT (Reuters) - La France milite pour un rachat d'Opel par PSA Peugeot Citroën, seul moyen selon elle d'assurer l'avenir du groupe automobile français, ont déclaré des sources proches du dossier.

Les récents propos du ministre de l'Economie Pierre Moscovici, selon lequel "il faudra sans doute aller plus loin" pour faire face à la crise sévère que subit PSA, alimentent des spéculations sur un appui de l'Etat à la création d'un nouveau champion européen pour contrer Volkswagen.

Lundi, le site d'informations économiques latribune.fr a rapporté qu'un scénario de rachat d'Opel par PSA était envisagé "en haut lieu". Mardi, Pierre Moscovici n'a rien fait pour couper court aux rumeurs.

"Non, je ne les confirme absolument pas, je ne les infirme pas non plus", a dit le ministre sur RTL. "Il y aura peut-être des inflexions stratégiques, mais c'est à l'entreprise de les décider, les pouvoirs publics seront normalement informés."

Pierre Moscovici, qui fut député du Doubs et président de l'agglomération de Montbéliard, dont fait partie Sochaux, berceau du groupe PSA, est un proche de la famille Peugeot.

"Les fuites dans la presse française sont un message à General Motors (maison mère d'Opel) : si vous voulez transférer Opel à PSA en échange de cash et d'un accès aux marchés émergents, la France donnera son feu vert", déclare une source proche du dossier.

"Côté français, on sait que GM a été refroidi par l'intervention de l'Etat (au côté de Banque PSA Finance, NDLR). Paris entend dire clairement qu'il ne faut pas y voir un obstacle à une intégration approfondie", ajoute cette source.

MONNAIE D'ÉCHANGE   Suite...

 
Les récents propos du ministre de l'Economie Pierre Moscovici, selon lequel "il faudra sans doute aller plus loin" pour faire face à la crise sévère que subit PSA, alimentent des spéculations sur un appui de l'Etat à la création d'un nouveau champion européen pour contrer Volkswagen. Des sources proches du dossier laissent entendre que la France militerait pour un rachat d'Opel par PSA Peugeot Citroën, seul moyen selon Paris d'assurer l'avenir du groupe automobile français. /Photo prise le 23 mars 2012/REUTERS/Ina Fassbender