Carrefour devrait faire mieux que Casino en France

mardi 15 janvier 2013 07h14
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Carrefour devrait accuser un recul limité des ventes de ses hypermarchés en France au quatrième trimestre, tandis que Casino devrait voir les siennes décrocher, en raison des baisses de prix opérées par le distributeur stéphanois pour enrayer ses pertes de parts de marché.

Casino, qui publiera ses chiffres trimestriels mardi après la clôture de la Bourse, devrait faire état d'une très nette dégradation de ses performances dans l'Hexagone, avec une baisse des ventes de ses hypermarchés (Géant) comprise entre 7% et 10% (en données comparables, hors essence), selon les estimations des analystes.

Après des pertes de parts de marché évaluées en moyenne à 60 points de base par mois depuis le début de l'année, le groupe dirigé par Jean-Charles Naouri a réagi en procédant à d'importantes baisses sur ses produits dits "premiers prix" et ses marques de distributeur, qui pèsent pour environ 40% des volumes vendus dans ses hypers et supermarchés.

Dans le même temps, ces baisses se sont accompagnées d'une limitation du nombre d'opérations promotionnelles, qui ont eu pour effet de faire reculer la fréquentation des magasins.

De son côté, Carrefour devrait confirmer, jeudi matin, la tendance à la stabilisation des ventes de ses hypers français, commençant à récolter les fruits de sa stratégie de "prix bas toute l'année" lancée il y a plus d'un an pour réduire l'écart avec ses grands concurrents, notamment Leclerc, et amplifiée sous la houlette de son nouveau PDG Georges Plassat.

Les ventes des hypers devraient limiter leur repli entre 2,5% et 3,3% hors essence et à données comparables, après des baisses de 3,3% au troisième trimestre, de 5,7% au deuxième et de 5,8% au premier. Cette stabilisation devrait surtout provenir des produits alimentaires, le non-alimentaire restant très déprimé par une consommation morose et par la concurrence des enseignes spécialisées.

L'INTERNATIONAL DEVRAIT SOUTENIR CASINO

Le deuxième distributeur mondial derrière Wall Mart devrait par ailleurs voir ses ventes en Europe toujours plombées par la crise, en particulier en Espagne et en Italie, tandis qu'elles devraient rester robustes en Amérique latine et s'améliorer en Chine, tout en demeurant encore nettement négatives.   Suite...