L'Unedic relève sa prévision de déficit pour 2013

lundi 14 janvier 2013 15h34
 

PARIS (Reuters) - Le déficit de l'assurance chômage en France sera cette année plus élevé que prévu jusqu'alors, en raison d'une croissance économique plus faible qu'espéré auparavant et le nombre de chômeurs continuera à augmenter, a dit lundi son gestionnaire.

L'Unedic prévoit désormais un déficit de 5,0 milliards d'euros en 2013, après -2,7 milliards en 2012, qui portera sa dette à 18,6 milliards fin 2013 contre 13,8 milliards fin 2012.

Elle tablait en septembre sur un déficit de 2,6 milliards d'euros en 2012 et de 4,1 milliards en 2013.

Le projet d'accord conclu vendredi entre le patronat et trois syndicats aura un impact positif sur l'emploi, mais pas dans l'immédiat, a estimé le président de l'Unedic, Jean-François Pilliard (Medef), en présentant ces chiffres.

"Il est raisonnable de considérer que les effets positifs qui en résulteront seront à moyen et long termes et l'année 2013 parait excessivement difficile en termes d'activité économique et d'emploi, essentiellement pour des raisons de conjoncture", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

Le texte allie une plus grande sécurisation de l'emploi et une souplesse accrue du marché du travail. Le projet de loi issu de cet accord doit être présenté lors du premier conseil des ministres de mars et être examiné début avril par l'Assemblée nationale.

PRÈS DE 4,9 MILLIONS DE CHÔMEURS FIN 2013

"L'objectif du président de la République de retourner la situation du chômage à la fin 2013 est une ambition dans laquelle chacun doit s'inscrire, mais il faut tenir compte de la réalité de l'environnement tel qu'il se présente", a ajouté Jean-François Pilliard.

L'Unedic estime que le nombre de chômeurs indemnisés devrait augmenter de 89.600 cette année, après +112.700 en 2012 (soit 40.800 de plus que prévu en septembre).   Suite...

 
En raison du ralentissement de la croissance, l'Unedic prévoit désormais un déficit de 2,7 milliards d'euros en 2012 et 5,0 milliards en 2013, qui porteront sa dette à 13,8 milliards fin 2012 et 18,6 milliards fin 2013. /Photo d'archives/REUTERS/Eric Gaillard