UPS anticipe un veto de Bruxelles au rachat de TNT

lundi 14 janvier 2013 09h03
 

AMSTERDAM (Reuters) - United Parcel Service (UPS) a dit lundi anticiper un veto de la Commission européenne à son projet de rachat de TNT Express pour 5,2 milliards d'euros.

Le groupe américain, numéro un mondial de la messagerie, précise que, une fois ce refus de Bruxelles officialisé, il retirera son offre sur son concurrent néerlandais, ajoutant qu'il lui versera une somme de quelque 200 millions d'euros pour annulation du projet de fusion.

La Commission européenne, qui doit rendre sa décision sur le projet d'offre d'ici mardi, craint que le rachat de TNT par UPS, nuise à la concurrence en réduisant le nombre des acteurs du marché de la messagerie à trois: UPS, FedEx et DHL, filiale de Deutsche Post.

En novembre, UPS et TNT avaient annoncé leur intention de vendre des actifs pour apaiser ces craintes.

Mais ce programme de cession a été plombé, selon le Financial Times, par le refus FedEx de reprendre une partie de ces actifs mis en vente.

"Nous avons soumis des solutions significatives et réelles pour apaiser les craintes de la Commission au sujet de la transaction", déclare Scott Davis, PDG d'UPS, qui ne cache pas sa déception au sujet de la décision.

"La combinaison des deux sociétés aurait été un facteur de transformation du secteur de la messagerie, apportant des avantages substantiels aussi bien aux consommateurs qu'aux clients à travers le monde, tout en soutenant la croissance en Europe en particulier."

L'annulation de la fusion avec UPS est un coup dur pour TNT Express, qui éprouve des difficultés à redresser ses activités européennes.

Sara Webb, Benoit Van Overstraeten pour le service français

 
United Parcel Service (UPS) anticipe un veto de la Commission européenne à son projet de rachat de TNT Express pour 5,2 milliards d'euros. /Photo d'archives/REUTERS/Robin van Lonkhuijsen/United Photos