Chypre espère l'aide de l'UE malgré la dégradation par Moody's

vendredi 11 janvier 2013 16h30
 

par Michele Kambas et Gareth Jones

LIMASSOL, Chypre/BERLIN (Reuters) - Chypre mise plus que jamais sur l'obtention d'une aide internationale qui semblait encore loin d'être acquise vendredi après la dégradation brutale de la note de crédit de Moody's.

L'agence de notation a abaissé jeudi soir de trois crans, à "Caa3", la note souveraine de l'île méditerranéenne.

En juin, Chypre est devenu le quatrième pays de la zone euro à solliciter une aide auprès de l'Union européenne et du Fonds monétaire international pour recapitaliser un secteur bancaire fortement fragilisé par son exposition à la dette grecque.

Moody's estime que cette exposition se traduira par une hausse de la dette du pays, dont l'ampleur est l'un des freins à la définition d'un plan d'aide pour Chypre. Le montant du plan pourrait atteindre 17 milliards d'euros, l'équivalent du produit intérieur brut de l'île.

A l'occasion d'une réunion des partis de centre-droit européens à Limassol, le premier ministre grec Antonis Samaras, a estimé que, comme la Grèce, Chypre "arriverait à s'en sortir".

D'autres dirigeants européens présents à la réunion, notamment la chancelière allemande Angela Merkel, ont exprimé leur solidarité, à condition que Chypre soit en mesure de mener les réformes nécessaires au redressement du pays.

"J'aimerais souligner que Chypre doit avancer dans les réformes de son économie, mais d'un autre côté, nous devons faire preuve de solidarité", a-t-elle déclaré à la presse.

Berlin avait manifesté ses inquiétudes face au manque de transparence du système financier chypriote, qui passe pour un important canal de blanchiment d'argent. Chypre est entre autres considérée comme un paradis fiscal pour de nombreux Russes fortunés.   Suite...

 
La chancelière allemande Angela Merkel aux côtés du dirigeant de l'opposition chypriote Nicos Anastasiades, donné favori de l'élection présidentielle prévue le 17 février, à l'occasion d'une réunion des partis de centre-droit européens à Limassol. Chypre mise plus que jamais sur l'obtention d'une aide internationale qui semblait encore loin d'être acquise vendredi après la dégradation brutale de la note de crédit de Moody's. /Photo prise le 11 janvier 2012/REUTERS/Jamal Saidi