De nouvelles marques de lingerie misent sur le "made in France"

vendredi 11 janvier 2013 08h24
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Alors que la crise a fini par rattraper le marché français de la lingerie, de nouvelles marques voient le jour et bravent les vents contraires en misant sur la corseterie haut de gamme et le "made in France".

En 2012, le chiffre d'affaires du secteur a reculé de 2,2% pour totaliser 2,6 milliards d'euros, selon les chiffres provisoires établis par l'Institut français de la mode (IFM), après une hausse de 1,6% l'année précédente.

Jusqu'ici, le marché des soutiens-gorge, culottes ou autres nuisettes avait relativement bien résisté au marasme économique, contrairement à celui de la mode, qui devrait accuser en 2013 sa sixième année de baisse consécutive.

Alors que l'habillement a décroché de 10% entre 2007 et 2011, la lingerie, elle, a limité sa baisse à 2,3% sur la période, grâce à des renouvellements de produits plus fréquents, a précisé à Reuters Nathalie Gennérat, responsable des études lingeries de l'IFM.

Mais en 2012, "elle a été rattrapée par la baisse générale des dépenses d'habillement", a-t-elle ajouté.

Pourtant, malgré les aléas de la conjoncture, nombre de nouvelles marques se sont récemment lancées dans l'aventure, comme "Les Chandelles", "Minuit Douze" ou "Barazandeh", pariant sur le haut de gamme qui, comme sur le marché de la mode, résiste largement à la crise.

"Les nouveaux entrants se positionnement sur le luxe, à fort contenu créatif et à forte valeur ajoutée", commente Taya de Reynies, directrice de la division lingerie d'Ecovet, organisateur du salon international de la lingerie qui se tiendra à Paris du 19 au 21 janvier.

PARTICULARITES HEXAGONALES   Suite...

 
Alors que la crise a fini par rattraper le marché français de la lingerie, de nouvelles marques voient le jour et bravent les vents contraires en misant sur la corseterie haut de gamme et le "made in France". /Photo prise le 10 janvier 2012/REUTERS/Eric Gaillard