Les Bourses européennes clôturent dans le vert, Paris gagne 0,31%

mercredi 9 janvier 2013 18h17
 

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en hausse mercredi, soutenues par Alcoa qui a lancé la saison des résultats sur une note positive, ainsi que par le secteur des télécoms après une information du Financial Times selon laquelle les grands opérateurs européens avaient ouvert des discussions sur la création d'un réseau paneuropéen de télécommunication.

Le géant américain Alcoa a fait état d'une hausse de son bénéfice au quatrième trimestre, la maîtrise des coûts lui ayant permis de compenser les effets de la chute des prix de l'aluminium et prévoit une hausse de 7% de la demande mondiale d'aluminium en 2013.

Les analystes attendent des résultats meilleurs au quatrième trimestre qu'au troisième, mais redoutent quelques déceptions après une récente série d'avertissements sur les résultats.

"Personne n'attend une saison de résultats spectaculaire. Compte tenu du nombre de sociétés qui ont abaissé leurs objectifs ces dernières semaines, je pense qu'il y a quelques craintes de déception", dit Kate Warne, chez Edward Jones à St. Louis aux Etats-Unis. "Mais la barre est si basse que les sociétés pourraient faire un peu mieux et finalement rassurer un peu."

À Paris, l'indice CAC 40 a terminé en hausse de 0,31% à 3.717,45 points. Le Footsie britannique a pris 0,74% et le Dax allemand 0,32%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 a progressé de 0,56%.

France Télécom (+4,29%) figure parmi les plus fortes hausses du CAC 40 à la suite de l'information du Financial Times, bien qu'elle n'ait pas été confirmée. L'indice Stoxx du secteur des télécoms (+2,56%) a signé la plus forte hausse sectorielle en Europe.

EADS a grimpé de 3,88% à 32,125 euros, son plus haut niveau de clôture depuis janvier 2006, la valeur étant la préférée de Bank of America Merrill Lynch pour cette année au sein du secteur aérospatial et de défense.

ArcelorMittal en revanche a perdu 2,53% après l'annonce d'une émission combinée d'actions et d'obligations subordonnées obligatoirement convertibles d'environ 3,5 milliards de dollars (2,68 milliards d'euros) pour réduire le fardeau de sa dette.

Sur le marché des taux, les obligations allemandes ont gagné du terrain après une adjudication de titres à cinq ans qui s'est bien déroulée, à l'instar des adjudications autrichienne, néerlandaise et irlandaise qui ont eu lieu la veille.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES