La crise en Europe incite Sodexo à la prudence

mercredi 9 janvier 2013 07h59
 

PARIS (Reuters) - Sodexo a profité de son implantation dans les pays émergents lors des trois premiers mois à fin novembre, son premier trimestre, mais l'environnement économique européen qui l'a conduit à renforcer le contrôle de ses coûts l'incite aussi à rester prudent pour la totalité de l'exercice.

Les ventes du numéro deux mondial de la restauration collective, derrière le britannique Compass, se sont chiffrées à 4.952 millions d'euros au premier trimestre, soit une hausse de 7,4% ramenée à 2,1% à périmètre constant et hors effet de change.

La croissance interne a été de 2% en Europe continentale et de 0,6% en Amérique du Nord. En revanche, elle ressort à 8,6% dans le "reste du monde" qui regroupe l'Asie, l'Amérique latine, l'Afrique, le Moyen-Orient et l'Australie. En Irlande et au Royaume-Uni, le recul a atteint 7,3%.

"Nous sommes confiants dans notre capacité à saisir les opportunités de croissance de nos marchés, même si à plus court terme et dans le contexte économique actuel, notamment en Europe, la croissance interne devrait rester modeste", commente le directeur général Michel Landel dans un communiqué.

Au total, 2012-2013 devrait, comme prévu, se solder par une "croissance modeste" du chiffre d'affaires et du résultat opérationnel par rapport à l'exercice précédent qui bénéficiait de la Coupe du monde de rugby, des Jeux olympiques et d'une 53e semaine.

La société a prévu de chiffrer cette estimation en avril lors de la publication de ses résultats semestriels.

Sodexo, qui depuis trois ans a déjà réduit ses frais de fonctionnement de près de 150 millions d'euros, a annoncé en novembre un nouveau plan visant à les réduire encore au cours des deux prochaines années.

En Bourse, l'action Sodexo a clôturé mardi à 63,86 euros (-0,99%). En 2012, elle s'est adjugée 14,87%, dans la lignée du CAC 40 (+14,57%) et du SBF 120 (15,90%).

Noëlle Mennella, édité par Benjamin Mallet

 
Michel Landel, directeur général de Sodexo. Le numéro deux mondial de la restauration collective affiche un chiffre d'affaires en hausse 7,4% au premier trimestre de son exercice 2012-2013 grâce à la contribution des pays émergents. /Photo d'archives/REUTERS/Philippe Wojazer