Les Bourses européennes terminent à la baisse

mardi 8 janvier 2013 18h33
 

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en baisse mardi après des indicateurs de conjoncture peu encourageants en Europe, notamment en Allemagne, et dans la crainte de déceptions lors de la saison des résultats tout juste lancée aux Etats-Unis et qui pèse sur la tendance à Wall Street.

À Paris, l'indice CAC 40 a terminé sur une note stable (+0,03% à 3.705,88 points). Le Footsie britannique a cédé 0,18% et le Dax allemand 0,48%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 a reculé de 0,15% à l'issue d'une séance en dents de scie.

Les indicateurs européens ont été mitigés : en Allemagne, la balance commerciale et les commandes à l'industrie ont déçu, accentuant les craintes d'une contraction de l'économie. Mais sur la zone euro dans son ensemble, la consommation des ménages a légèrement rebondi et le sentiment économique s'est encore amélioré.

"(Dans la zone euro) les choses vont mal, on reste dans un environnement de récession, mais au moins, elles ont arrêté de se détériorer", dit l'économiste de Deutsche Bank Gilles Moëc.

Après le vif rally de la première semaine de l'année, où les indices ont atteint des plus hauts de plus de deux ans, grâce notamment au compromis trouvé in extremis sur le budget américain, la tendance aux prises de profits continue néanmoins de peser sur la cote.

Après une matinée dans le vert, les grands indices européens ont été affectés dans le courant de l'après-midi, d'abord par des rumeurs, démenties par plusieurs responsables du gouvernement, d'un abaissement de la note souveraine de la France, puis par une ouverture négative sur les marchés américains où l'inquiétude sur les résultats l'emportait.

Aux valeurs, les pharmaceutiques (+0,75%) et les télécoms (+0,6%) ont été les mieux orientées, portées notamment par Vodafone (+1,7%) qui a bénéficié de déclarations de l'américain Verizon Communications annonçant qu'un rachat de la part du groupe britannique dans leur coentreprise Verizon Wireless était "faisable".

Les bancaires (+0,24%), dopées la veille par l'assouplissement des règles de liquidités sous Bâle III, ont encore été bien orientées. Société générale a pris 3,17%, Unicredit 2,12% et BNP Paribas 1,07%.

A Paris, Technip a chuté en revanche de 3,99%, Cheuvreux étant passé à la vente sur le titre. De même, PSA a rechuté de 4,71% après un bond en avant de 5,62% la veille sur de nouvelles spéculations de désengagement de Faurecia (+0,94%), et Alcatel-Lucent de 7,18%, après en avoir gagné autant la veille.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES