Arianespace prévoit douze lancements en 2013

mardi 8 janvier 2013 15h14
 

PARIS (Reuters) - Arianespace a annoncé mardi prévoir un total de 12 lancements cette année, dont six pour la fusée Ariane, contre 11 l'an passé, le programme étant soutenu par l'Asie mais aussi par l'Amérique du Sud dans la perspective de l'organisation au Brésil du Mondial de football en 2014 et des Jeux olympiques en 2016.

L'an passé, les dix lancements effectués au centre spatial de Kourou (Guyane) ont permis au consortium européen de placer en orbite une masse record de 75 tonnes de satellites, tandis que Starsem, filiale d'Arianespace, a effectué un lancement de la fusée russe Soyouz à Baïkonour (Kazakhstan).

Le PDG d'Arianespace Jean-Jacques Le Gall s'est félicité d'avoir réalisé le programme annoncé en début d'année dernière.

"Encore une fois, on a fait mentir les sceptiques", a-t-il dit lors de la conférence de presse de voeux du consortium.

Arianespace se réserve la possibilité d'effectuer un septième lancement d'Ariane cette année, si le besoin s'en fait sentir, face à une activité très soutenue dans le golfe Persique, dans le Pacifique et en Amérique, a-t-il précisé.

Le consortium procédera également à cinq lancements de la fusée Soyouz - dont un à nouveau à Baïkonour - et à un lancement du petit lanceur Vega, le dernier-né de la gamme, qui a effectué son premier vol en 2012 et passera à partir de 2014 à un rythme de deux lancements par an.

Le premier tir de l'année d'Ariane est prévu le 7 février.

"On espérer augmenter notre part de marché, mais avec 60% ça va être difficile", a noté Jean-Yves Le Gall.

Arianespace, qui affiche un carnet de commandes de quatre milliards d'euros, soit trois ans d'activité, a réalisé en 2012 un chiffre d'affaires de plus de 1,3 milliard d'euros, en hausse de 30%, avec un résultat à l'équilibre.   Suite...

 
Décollage d'une fusée Ariane 5 à Kourou, en Guyane. Arianespace a annoncé mardi prévoir un total de 12 lancements cette année, dont six pour la fusée Ariane, contre 11 l'an passé. /Photo d'archives/REUTERS/CNES/CSG