Air France-KLM juge difficile une reprise d'Alitalia en 2013

lundi 7 janvier 2013 20h51
 

PARIS/MILAN (Reuters) - Air France-KLM a démenti lundi être en discussions pour le rachat de tout ou partie de la compagnie italienne Alitalia, dont il détient 25%, précisant qu'une telle opération paraissait "difficile" en 2013 étant donné ses moyens limités.

Dimanche, le quotidien romain Il Messaggero rapportait qu'Air France-KLM était en discussions "avancées" en vue d'une prise de contrôle d'ici l'été d'Alitalia, ajoutant que le groupe franco-néerlandais aurait offert aux autres actionnaires une prime de 20% par rapport au prix d'achat de leur participation dans Alitalia en 2008.

"Il n'y a rien, il n'y a pas de négociations", a déclaré à Reuters le PDG d'Air France Alexandre de Juniac, en marge de la présentation d'une nouvelle offre commerciale à bas prix lancée par la compagnie.

Prié de dire si une telle opération serait possible en 2013, Alexandre de Juniac a répondu à des journalistes : "A priori cela pourrait être difficile d'envisager une opération quelconque."

Le PDG d'Air France-KLM, Jean-Cyril Spinetta, avait dit à Reuters en mai qu'une telle opération était "peu probable" en 2013.

"Nos moyens, malheureusement, ne se sont pas spectaculairement améliorés depuis 2012 de manière inattendue. Pour l'instant nous sommes extrêmement prudents sur toute opération externe", a déclaré Alexandre de Juniac lundi.

Air France-KLM a racheté 25% d'Alitalia en 2008 dans le cadre d'un consortium d'investisseurs nommé CAI, alors que la compagnie italienne était en cessation de paiement. A l'époque, CAI avait déboursé un peu plus d'un milliard d'euros pour reprendre Alitalia.

Le consortium réunit des entreprises cotées et non cotées italiennes. Parmi ses principaux investisseurs figurent la banque Intesa Sanpaolo et l'exploitant d'autoroutes Atlantia avec 8,9% d'Alitalia chacun.

A partir du 13 janvier 2013, le groupe dispose d'une option pour prendre le contrôle d'Alitalia, avec l'expiration d'une période de "lock-up" qui permettra à tous les actionnaires de la compagnie italienne de céder librement leurs titres s'ils le souhaitent.   Suite...

 
Air France-KLM a démenti lundi être en discussions pour le rachat de tout ou partie de la compagnie italienne Alitalia, dont il détient 25%. /Photo d'archives/REUTERS/Max Rossi