La Fed pourrait cesser ses achats d'obligations cette année

vendredi 4 janvier 2013 22h33
 

par Jonathan Spicer et Pedro da Costa

NEW YORK/BALTIMORE (Reuters) - La Réserve fédérale américaine pourrait être amenée cette année à interrompre ses achats d'obligations si la situation économique s'améliore, a déclaré vendredi l'un de ses responsables, tandis qu'un autre soulignait le risque de voir l'assouplissement quantitatif nuire à la crédibilité de l'institution.

James Bullard, le président de la Réserve fédérale de Saint-Louis, a expliqué qu'une éventuelle baisse du taux de chômage à 7,1% constituerait probablement l'"amélioration substantielle" du marché du travail que cherche à obtenir la Fed.

"Si l'économie se porte bien en 2013, le Comité sera en situation de réfléchir à une pause" en matière d'achats d'actifs, une politique connue sous l'appellation d'"assouplissement quantitatif" (QE) qui se traduit par un accroissement du bilan de la banque centrale, a-t-il dit la chaîne de télévision CNBC.

"Si elle ne se porte pas très bien, alors la politique du bilan se poursuivra probablement en 2014."

Le taux de chômage américain est resté à 7,8% le mois dernier. S'il a diminué en 2012, le rythme des créations d'emploi ne semble pour l'instant pas suffisant pour permettre un recul plus marqué du chômage.

Mais les responsables de la Fed se montrent de plus en plus préoccupés par l'impact sur les marchés financiers de la politique d'assouplissement quantitatif, qui conduit la banque centrale à acheter chaque mois pour 85 milliards de dollars (65 milliards d'euros) d'obligations à long terme et de prêts immobiliers titrisés.

Le compte-rendu de la dernière réunion de politique monétaire, publié jeudi, a montré que "plusieurs" hauts responsables de la Fed souhaitaient voir le QE ralentir ou s'interrompre "bien avant" la fin de l'année, une nouveauté qui a surpris une partie des investisseurs et a favorisé la baisse de Wall Street et la hausse du dollar.

OBJECTIF : 7,1% DE CHÔMAGE   Suite...

 
La Réserve fédérale américaine pourrait être amenée cette année à interrompre ses achats d'obligations si la situation économique s'améliore, a déclaré vendredi l'un de ses responsables, tandis qu'un autre soulignait le risque de voir l'assouplissement quantitatif nuire à la crédibilité de l'institution. /Photo d'archives/REUTERS/Larry Downing