Une feuille de route maigre sur l'économie française

jeudi 3 janvier 2013 20h34
 

par Jean-Baptiste Vey

PARIS (Reuters) - L'économie est la priorité du gouvernement pour 2013, une année cruciale pour la réussite du quinquennat de François Hollande, mais la feuille de route du premier semestre dévoilée jeudi est maigre dans ce domaine.

"Il est urgent de restaurer la puissance de l'économie française", a déclaré le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, tandis que la porte-parole du gouvernement révélait que la baisse du chômage d'ici fin 2013 était "une véritable obsession pour le président de la République".

Mais l'effet des dispositifs antichômage à venir - la loi née d'un accord espéré entre les partenaires sociaux, et les "contrats de génération" promis pendant la campagne - sera très largement limité par une croissance économique toujours atone.

D'autant qu'aucune mesure n'est annoncée pour le premier semestre qui permettrait de compenser les forces tirant les prévisions des économistes bien plus bas que la croissance de 0,8% toujours prévue par le gouvernement pour cette année.

Face à une pression fiscale accrue et au resserrement de la dépense publique, qui pèseront sur la consommation et l'investissement, le gouvernement semble surtout compter sur l'impact psychologique du crédit d'impôt compétitivité annoncé fin 2012 et une amélioration des perspectives en Europe et dans le reste du monde.

Et sur le front du chômage, il espère éviter le pire grâce aux "emplois d'avenir" mis en oeuvre depuis quelques mois.

Côté réformes structurelles, les conclusions du Haut conseil du financement de la protection sociale pour redresser les comptes sociaux sont attendues "à partir du printemps". Quant à l'examen de la dépense publique, des pistes seront élaborées au cours du premier trimestre.

"C'est extrêmement général et extrêmement vague", estime Nicolas Bouzou, économiste au cabinet d'analyse Asterès. "Et quand le Premier ministre dit qu'il faut une France plus accueillante pour les investisseurs et les créateurs d'entreprises, je suis tombé de ma chaise."   Suite...

 
L'économie est la priorité du gouvernement pour 2013, une année cruciale pour la réussite du quinquennat de François Hollande, mais la feuille de route du premier semestre est maigre et le gouvernement semble surtout compter sur l'impact psychologique du crédit d'impôt compétitivité annoncé fin 2012 et une amélioration des perspectives en Europe et dans le reste du monde. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau