Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

jeudi 3 janvier 2013 18h27
 

PARIS (Reuters) - Les valeurs du jour jeudi à la Bourse de Paris, qui a fini en baisse après son envolée de la veille résultant de l'accord budgétaire intervenu à Washington, qui commence toutefois à susciter des interrogations croissantes sur le bras de fer qui va encore opposer démocrates et républicains au cours des deux prochains mois.

L'indice CAC 40 a terminé en repli de 0,34% à 3.721,17 points, au lendemain d'un bond de 2,55%.

* UNIBAIL-RODAMCO (-2,26% à 183,70 euros) a accusé la plus forte baisse du CAC 40 et du SBF 120, la valeur reprenant son souffle après avoir retrouvé son niveau de juin 2007 en fin de semaine dernière.

* VEOLIA ENVIRONNEMENT a abandonné 1,88% à 9,129 euros sur fond de défiance persistante à l'égard des services aux collectivités après avoir pris plus de 26% depuis le 16 novembre. Le titre est en outre repassé sous sa moyenne mobile à 200 jours, à 9,2266 euros, après avoir échoué à franchir une résistance technique située autour de 9,3 euros.

L'indice Stoxx des "utilities" européennes s'est replié de 0,23%.

* Le SECTEUR TELECOM français a souffert alors que, selon la radio BFM Business, l'Autorité de la concurrence s'est opposée à l'idée d'un rapprochement entre l'opérateur de téléphonie mobile SFR, filiale de Vivendi, et son concurrent Free, filiale d'Iliad.

VIVENDI a cédé 1,75% à 17,13 euros, ILIAD 0,83% à 131,35 euros et FRANCE TELECOM 0,46% à 8,467 euros. L'indice sectoriel européen a, lui, avancé de 0,35%.

* A rebours de tendance, PPR (+1,61% à 145 euros) a renoué avec son niveau de janvier 2002 et fini en tête des hausses du CAC 40. La valeur a franchi à la hausse lundi une résistance technique entre 142 et 142,5 euros.

Le groupe affiche encore un taux de croissance élevé dans le luxe malgré un environnement économique difficile, et est en pleine réorganisation avec la cession annoncée ou attendue de nombreux actifs (Redcats, OneStopPlus, Cyrillus et Vertbaudet) et une reprise en main de Puma.   Suite...

 
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS