Avis investit dans l'autopartage aux USA avec Zipcar

mercredi 2 janvier 2013 17h42
 

(Reuters) - Le groupe américain de location automobile Avis Budget a annoncé mercredi le rachat de Zipcar pour un montant d'environ 500 millions de dollars (377 millions d'euros) afin de prendre pied sur le marché de l'autopartage aux Etats-Unis en forte croissance.

Le prix de l'offre a été fixé à 12,25 dollars par action, ce qui représente une prime de 49% par rapport au cours de clôture de Zipcar lundi sur le Nasdaq (8,24 dollars).

"Nous considérons l'autopartage comme très complémentaire de la location traditionnelle, avec un potentiel de croissance rapide, et il représente une opportunité d'évolution pour nous", a expliqué dans un communiqué Ronald Nelson, directeur général d'Avis.

Zipcar, fondée il y a plus de dix ans, a été l'un des pionniers aux Etats-Unis des services d'autopartage, qui permettent aux automobilistes, généralement sur abonnement, de louer une voiture à l'heure ou à la journée.

La société a été introduite en Bourse en avril 2011, ce qui lui a permis de lever environ 174 millions de dollars. Mais elle a depuis connu des difficultés, notamment avec l'intensification de la concurrence des grands loueurs traditionnels comme Hertz ou Enterprise Holdings .

Ce dernier, numéro un de location automobile aux Etats-Unis, a racheté en 2012 deux spécialistes de la location de courte durée, Mint Cars On-Demand et PhillyCarShare.

Le rachat de Zipcar par Avis Budget devrait être effectif au printemps 2013 et il pourrait permettre à Avis de générer entre dégager entre 50 et 70 millions de dollars de synergies.

Le titre Zipcar bondit de 47% en avant-Bourse.

Sagarika Jaisinghani, Constance De Cambiaire pour le service français, édité par Marc Angrand

 
Le groupe américain de location automobile Avis Budget a racheté Zipcar pour un montant d'environ 500 millions de dollars (377 millions d'euros) afin de prendre pied sur le marché de l'autopartage aux Etats-Unis en forte croissance. /Photo prise le 2 janvier 2013/REUTERS/Brian Snyder