Le marché automobile français à son plus bas niveau en 15 ans

mercredi 2 janvier 2013 18h33
 

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Les immatriculations de voitures neuves en France ont poursuivi leur baisse en décembre, clôturant une année 2012 qui restera pour le marché automobile la pire en quinze ans.

Le nombre des nouvelles immatriculations a chuté de 14,6% le mois dernier à 160.426 unités, a annoncé mercredi le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA).

En données corrigées des jours ouvrables (CJO), décembre ayant compté 20 jours ouvrables en 2012 contre 22 jours en 2011, la baisse ressort à 6%.

Sur l'ensemble de l'année écoulée, les immatriculations ont chuté de 13,9% en données brutes et CJO à 1.898.872 unités, le plus faible niveau qu'ait connu le marché français depuis 1997, année du contrecoup de l'arrêt des "jupettes", appellation des primes à la casse instaurées par le Premier ministre de l'époque Alain Juppé.

"A l'attentisme des clients particuliers, surtout parmi les classes moyennes, ce qui affecte les marques généralistes, vient maintenant s'ajouter la prudence des clients professionnels", commente François Roudier, porte-parole du CCFA. "Dans le véhicule utilitaire, il faut remonter à la crise de 2008 pour retrouver une baisse aussi forte que celle de décembre."

Le mois dernier, les immatriculations de véhicules utilitaires légers (fourgons et camionnettes) ont chuté de 21,6% en données brutes et de 13,7% en données CJO, tandis que les immatriculations de véhicules industriels (camions et engins de chantier) se sont contractées de 16,6%.

Le porte-parole du CCFA a mis en rapport cette dégradation avec les mauvais indicateurs économiques récemment publiés, notamment la nouvelle baisse des mises en chantier de logements publiée le lendemain de Noël.

Nicolas Monnot, directeur marketing France chez Renault, a précisé de son côté ne pas observer de baisse des prises de commandes sur les utilitaires.   Suite...

 
LES IMMATRICULATIONS EN FRANCE