Les Bourses européennes en recul à la mi-séance

vendredi 28 décembre 2012 12h40
 

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes s'étaient retournées à la baisse vendredi à la mi-journée, dans des échanges ténus de toute fin d'année, les participants semblant douter que démocrates et républicains parviendront à un accord budgétaire dans les temps.

Le président américain Barack Obama et les élus du Congrès se lancent dans une dernière tentative de négociations à cette fin, pour éviter un 'mur budgétaire' synonyme peu ou prou de récession, à quelques jours de la date butoir du 31 décembre.

A la mi-séance, l'indice Euro Stoxx 50 perd 0,85% à 2.6378,44 points. Le CAC 40 cède 0,85% à 3.643,01 points, le Dax abandonne 0,4% à 7.625,50 points et le FTSE recule de 0,11% à 5.947,82 points.

"Le fiscal cliff reste le sujet de préoccupation du moment (...) Cette situation de blocage politique aux Etats-Unis fait perdre beaucoup de temps et ne va pas dans le bon sens pour le moral des consommateurs qui attendent de connaître les conséquences de la nouvelle donne en matière fiscale et en terme de pouvoir d'achat pour concrétiser les projets", explique Pascal Plumet, gérant chez Barclays Bourse.

"Idem pour l'investissement des entreprises à court terme. Et les coupes obligatoires dans les dépenses publiques pour éviter le défaut des Etats-Unis risquent de peser sur la croissance américaine au premier trimestre 2013."

Tous les indices sectoriels européens sont à présent dans le rouge, avec en tête celui des bancaires, qui cède 2%. Dans ce secteur, trois banques espagnoles sont en tête des baisses et surtout Bankia, qui décroche de 25,72%. La banque va lessiver 350.000 actionnaires, dont beaucoup de petits porteurs sans grande connaissance des arcanes de la finance, après qu'il a été rendu public qu'elle avait une valorisation négative de 4,2 milliards d'euros.

Dans le même secteur, Dexia a vu son plan de sauvetage approuvé par la Commission européenne. L'action est stable à 0,07 euro.

Sur le marché obligataire, l'Italie a vu ses coûts de financement augmenter légèrement lors de la première adjudication d'obligations à long terme comptant pour 2013, l'étroitesse du volume des échanges et l'inquiétude au sujet de l'impasse budgétaire aux Etats-Unis pesant sur les rendements des "périphériques".

Sur le marché des changes, le yen a touché un plus bas de plus de deux ans contre le dollar, de 86,64, du jamais vu depuis août 2010. Le yen a également affiché un plus bas depuis juillet 2011 face à l'euro. Mais à la mi-journée, le dollar/yen était peu changé, tandis que l'euro reculait face à la monnaie nippone.   Suite...

 
Les Bourses européennes s'étaient retournées à la baisse vendredi à la mi-journée, dans des échanges ténus de toute fin d'année, les participants semblant douter que démocrates et républicains parviendront à un accord budgétaire dans les temps. A la mi-séance, le CAC 40 cède 0,85%, le Dax abandonne 0,4% et le FTSE recule de 0,11%. /Photo prise le 28 décembre 2012/REUTERS/Remote/Joachim Herrmann