La faiblesse des investissements menace la reprise mondiale

jeudi 27 décembre 2012 16h52
 

par Alan Wheatley

LONDRES (Reuters) - Cinq ans après le début de la crise financière, l'investissement privé en Europe, aux Etats-Unis et au Japon est au point mort, soulignant à la fois l'ampleur de la récession et l'intérêt croissant des investisseurs pour les marchés émergents.

Au sein de ces trois régions, aucun autre indicateur économique n'a connu une telle baisse. Or l'investissement est le nerf de la guerre de la croissance, selon une étude publiée par McKinsey Global Institute (MGI).

L'investissement privé en Europe a ainsi chuté de 15% comparé à 2007. En Irlande, c'est un effondrement, avec un recul de 64%, rapporte MGI, qui fait également état d'une baisse de 27% en Espagne.

"La chute de l'investissement en Europe ne pèse pas uniquement sur la croissance actuelle du PIB, elle menace également les capacités économiques du continent dans le futur", souligne MGI dans son rapport sur la pénurie des investissements en Europe.

Selon les calculs de MGI, les investissements dans l'Union européenne - hors dépenses publiques - ont chuté de 350 milliards d'euros entre 2007 et 2011, ce qui représente vingt fois la baisse de la consommation domestique et quatre fois le déclin du PIB.

La frilosité des investisseurs peut s'expliquer par la menace que fait peser le "mur budgétaire" sur la croissance future des Etats-Unis, l'incertitude quant à l'avenir de la zone euro ou encore la baisse inexorable de la population japonaise.

Dans le même temps, cette prudence peut paraître étonnante quand on garde à l'esprit que les entreprises disposent de quantité très importantes de liquidités et que leurs profits sont en forte croissance aussi bien aux Etats-Unis, en Europe qu'au Japon.

LE VIEUX MONDE À LA TRAÎNE   Suite...

 
Cinq ans après le début de la crise financière, l'investissement privé en Europe, aux Etats-Unis et au Japon est au point mort, soulignant à la fois l'ampleur de la récession et l'intérêt croissant des investisseurs pour les marchés émergents. /Photo prise le 15 août 2012/REUTERS/Morris Mac Matzen