En Bourse, le vice a été plus rémunérateur que la vertu en 2012

jeudi 27 décembre 2012 14h04
 

par Blandine Hénault

PARIS (Reuters) - Point d'affaire de moralité en Bourse : en 2012, le vice a de nouveau été plus rémunérateur pour les investisseurs que les placements considérés comme vertueux.

Le sulfureux fonds américain Vice Fund, qui se compose uniquement de valeurs portées sur les secteurs du tabac, du jeu, des boissons et de l'industrie de la défense affiche une progression de 21,11% cette année.

Dans le même temps, son contraire, le très puritain Ave Maria Catholic Values Fund n'a gagné "que" 13,27% en s'intéressant à des secteurs considérés comme conformes aux enseignements de la religion catholique tels que la santé ou l'énergie.

De la même façon, l'indice de référence sur l'investissement socialement responsable (ISR), le FTSE KLD 400 Social Index, affiche une progression moindre, de 12,93%.

Même les investisseurs qui se seraient contentés d'investir sans y mêler quelque affaire de moralité auraient gagné à céder à leurs mauvais penchants. Le S&P 500 (+13,44%) ou le CAC 40 (+15,6%) ont fait moins bien cette année que le Vice Fund.

La performance de ce fonds bien peu politiquement correct, qui a fêté cette année ses dix ans, est essentiellement lié au pari pris sur le groupe de casinos Galaxy.

Ce dernier, qui exploite des établissements à Macau, a vu son titre bondir de 110,67% depuis le début de l'année. Or, il représente la deuxième ligne du portefeuille du Vice Fund (4,78% du total des actifs du fonds) derrière le fabricant de cigarettes Altria.

LA VERTU EN TEMPS DE CRISE   Suite...

 
En 2012, le vice a de nouveau été plus rémunérateur en Bourse que les placements considérés comme vertueux puisque le fonds américain Vice Fund, composé uniquement de valeurs des secteurs du tabac, du jeu, des boissons et de l'industrie de la défense, affiche par exemple une progression de 21,11% cette année. A l'opposé, le très puritain Ave Maria Catholic Values Fund n'a gagné "que" 13,27%. /Photo d'archives/REUTERS/John Schults