Wall Street finit en légère baisse, le budget pèse toujours

mercredi 26 décembre 2012 22h15
 

par Ryan Vlastelica

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé en légère baisse mercredi, sous le coup de données montrant que les consommateurs américains ne se sont guère précipités dans les magasins pour les fêtes de fin d'année.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles a cédé 0,19%, soit 24,49 points, à 13.114,59. Le S&P-500, plus large, a perdu 6,83 points, soit 0,48%, à 1.419,83. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 22,44 points (-0,74%) à 2.990,16.

Dans des volumes très peu étoffés, le S&P 500, indice de référence des gérants de fonds, accuse ainsi sa troisième séance de baisse d'affilée. Cela ne l'empêche toutefois pas d'être en hausse de près de 13% depuis le début de l'année.

Cela serait, sauf accident de parcours d'ici la fin de 2012, la meilleure performance annuelle de l'indice depuis 2010.

A en croire les données historiques compilées par PrinceRidge, le S&P 500 est en outre susceptible de connaître un "rallye de Noël", puisque, depuis 1928, l'indice a en moyenne progressé de 1,8% sur la période couvrant les cinq dernières séances de l'année qui se termine et les deux premières de celle qui commence.

Ceci étant dit, les incertitudes persistantes autour du "mur budgétaire" qui menace les Etats-Unis pourraient faire mentir le scénario habituel.

L'expression mur budgétaire ("fiscal cliff") recouvre la coïncidence, en début d'année prochaine, entre la fin des exonérations fiscales décidées sous George Bush et prolongées pour deux ans en 2010 et la mise en oeuvre de coupes automatiques dans les dépenses publiques prévues par l'accord de 2011 sur le relèvement du plafond de la dette.

Selon les estimations du Congressional Budget Office, l'organisme parlementaire bipartisan de contrôle des finances publiques, si aucun accord n'est trouvé, cette combinaison de hausses d'impôts et de baisse des dépenses estimée au total à 600 milliards de dollars pourrait faire replonger les Etats-Unis dans la récession.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS