Le spectre d'une guerre des devises plane sur 2013

lundi 24 décembre 2012 13h33
 

par Alan Wheatley

LONDRES (Reuters) - La "guerre des monnaies" qui, jusqu'ici, n'avait provoqué guère davantage que des éclats de voix, pourrait-elle en 2013 se transformer en guerre ouverte entre les Etats?

La décision de la Banque du Japon (BoJ), de donner un coup d'accélérateur à son programme d'assouplissement quantitatif pour la troisième fois en quatre mois, est la dernière tentative en date des pays développés pour soutenir leur croissance en recourant à des outils non-conventionnels.

Mais les Etats émergents pourraient avoir à payer le prix de cette politique monétaire ultra-accommodante.

Avec un afflux de liquidités toujours plus important dans leurs économies du fait des rachats d'actifs initiés par les banques centrales des pays développés, ceux en voie de développement risquent de subir une appréciation de leur devise susceptible d'avoir pour effet de nuire à la compétitivité de leurs exportations.

De ce fait, ces Etats pourraient ne pas avoir d'autre choix que d'abaisser les taux d'intérêt et/ou d'intervenir pour maintenir leur devise à un niveau raisonnable.

Au risque d'alimenter l'explosion des prix du crédit et des actifs, terreau de l'inflation.

"Certains signes montrent que nous assistons actuellement à une course à la dévaluation", a commenté une source d'un pays membre des pays du G7.

S'exprimant avant la décision de politique monétaire de la BoJ, cette source avait ajouté: "Si tout le monde essaie de dévaluer sa monnaie, cela aura au final des effets néfastes sur l'économie mondiale".   Suite...

 
La "guerre des monnaies" qui, jusqu'ici, n'avait provoqué guère davantage que des éclats de voix, fait craindre en 2013 une guerre ouverte entre les Etats. Les Etats émergents pourraient avoir à payer le prix de cette politique monétaire ultra-accommodante. /Photo d'archives/REUTERS/Truth Leem