Les Bourses européennes reculent à mi-séance

vendredi 21 décembre 2012 13h36
 

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes perdaient entre 0,4% et 0,6% vendredi vers la mi-séance, accompagnées dans leur recul par l'euro et l'or, en raison à la fois d'inquiétudes renouvelées au sujet de l'issue des discussions entourant le "mur budgétaire" américain et d'indicateurs macro-économiques montrant une nouvelle fois la déprime de la conjoncture en Europe.

Et les futures sur indices de Wall Street, qui était fermée lors des derniers développements jugés négatifs dans les pourparlers budgétaires aux Etats-Unis, suggèrent une ouverture en baisse de plus de 1% de la place boursière américaine après une clôture en hausse jeudi

À Paris, le CAC 40 cédait 0,35% (-12,93 points) à 3.653,80 points vers 12h10 GMT. À Francfort, le Dax se repliait de 0,51% et à Londres, le FTSE reculait de 0,62%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 abandonnait 0,42% et l'indice de volatilité de cet indice, le VSTOXX, une mesure de l'aversion au risque des investisseurs, bondissait de 6,74%.

Alors que la fin de l'année approche, le président de la Chambre des représentants, le Républicain John Boehner, n'est pas parvenu jeudi à convaincre l'ensemble des membres de son parti de voter pour le "plan B" censé accentuer la pression sur le président Barack Obama.

Depuis des semaines, les marchés financiers réagissent au gré des évolutions dans les pourparlers sur le "mur budgétaire", expression qui désigne la coïncidence, dès le début de 2013, d'une forte hausse des impôts et d'une baisse drastique des dépenses publiques. La plupart des intervenants ne parviennent toutefois pas à croire que les responsables politiques américains ne trouveront pas une issue à l'impasse qui se profile.

"Les actifs risqués sont dans une position fragile en ces temps de fêtes de fin d'année. Les derniers hauts atteints récemment par les principaux indices ont largement été le fait de l'anticipation d'une issue favorable des discussions budgétaires aux Etats-Unis, qui est loin d'être acquise", a déclaré Ian Williams, analyste technique chez Peel Hunt.

En plus des incertitudes liées au mur budgétaire, qui ont déclenché un afflux des investisseurs vers des actifs jugés sûrs - dollar, yen, obligations souveraines américaines et allemandes - plusieurs statistiques européennes contribuent à plomber la cote.

Selon l'institut GfK, la confiance du consommateur allemand devrait se détériorer pour le quatrième mois de suite en janvier pour tomber à un creux de plus d'un an, la croissance du PIB britannique du troisième trimestre a été revue à la baisse et la Suède s'est montrée beaucoup plus pessimiste qu'auparavant concernant ses perspectives. et

Evoluant comme souvent de pair avec les Bourses et l'euro, le pétrole affichait également un recul.   Suite...

 
En place de Francfort. Les Bourses européennes perdaient entre 0,4% et 0,6% vendredi vers la mi-séance, accompagnées dans leur recul par l'euro et l'or. À Paris, le CAC 40 cédait 0,35% à 3.653,80 points vers 13h10, à Francfort, le Dax se repliait de 0,51% et à Londres, le FTSE reculait de 0,62%. /Photo prise le 21 décembre 2012/REUTERS/Remote/Lizza David