2012: les marchés sauvés par l'action des banques centrales

vendredi 21 décembre 2012 14h05
 

par Blandine Hénault et Alexandre Boksenbaum-Granier

PARIS (Reuters) - L'action des grands banquiers centraux aura permis de signer une année 2012 globalement positive sur les marchés financiers, en particulier sur les Bourses européennes, malgré les soubresauts de la crise en zone euro, les échéances électorales et le ralentissement économique mondial.

"La quasi-totalité des classes d'actifs (actions de toutes régions, obligations de tous types, immobilier) a fortement progressé sur l'année 2012. Ce comportement s'avère relativement rare, historiquement", souligne Bernard Aybran, directeur de la multi-gestion chez Invesco.

"L'afflux de liquidités massif et coordonné en provenance des principales banques centrales, dans un contexte de taux monétaires nuls, a contraint les investisseurs à placer leurs avoirs", observe le gérant.

Le début d'année a pourtant commencé sous le sceau de l'aversion au risque, notamment en Europe où les craintes sur une sortie de la Grèce de la zone euro et sur la santé financière de l'Espagne ont fait chuter les indices boursiers et s'envoler les taux obligataires espagnols à des plus hauts historiques.

Le 24 juillet, le rendement de l'emprunt d'Etat espagnol à 10 ans culmine à 7,62%. Deux jours plus tard, les déclarations du président de la BCE vont marquer un véritable tournant sur les marchés financiers.

En assurant que la banque centrale européenne ferait tout pour sauver la zone euro dans le cadre de son mandat, notamment en intervenant sur le marché de la dette, Mario Draghi provoque un "ouf" de soulagement auprès des investisseurs.

Et permet dans la foulée de réduire la prime de risque des actions européennes. Résultat, en fin d'année, les indices du Vieux Continent ont quasiment effacé leurs pertes liées à l'été "noir" de 2011 et sont en passe d'afficher des progressions un peu plus fortes cette année que celles de leurs homologues américains.

La performance de l'indice Stoxx 600 devrait ainsi être supérieure à celle du S&P 500 pour la première fois depuis 2009.   Suite...

 
L'action des grands banquiers centraux aura permis de signer une année 2012 globalement positive sur les marchés financiers, en particulier sur les Bourses européennes, malgré les soubresauts de la crise en zone euro, les échéances électorales et le ralentissement économique mondial. /Photo d'archives/REUTERS/Sukree Sukplang