La CE salue les efforts de lutte contre les déficits en France

vendredi 21 décembre 2012 12h00
 

PARIS (Reuters) - L'effort d'ajustement budgétaire de la France est mené avec une "intensité remarquable" et des mesures supplémentaires d'économies ne sont pas indispensables, estime le commissaire européen au Affaires économiques et monétaires Olli Rehn.

Dans une interview publiée dans Le Monde daté de samedi, il laisse entendre que l'objectif de réduction des déficits publics à 3%, que la France s'est engagée à tenir en 2013 mais que les économistes considèrent comme trop ambitieux au vu de la faiblesse de la croissance de l'économie, n'est pas impératif si les efforts pour l'atteindre sont conséquents.

"Le pacte de stabilité et de croissance n'est pas stupide", dit-il. "Cet objectif de 3% reste une référence, mais ce qu'il faut prendre en compte, c'est surtout l'effort structurel d'ajustement budgétaire que la France entreprend avec une intensité remarquable. Des mesures supplémentaires d'économies ne sont pas indispensables", indique Olli Rehn.

"Une fois que vous avez une stratégie budgétaire crédible à moyen terme, y compris par le biais de réformes, vous pouvez avoir un ajustement plus doux", poursuit-il.

Le commissaire européen prône sur ce point "de nouvelles réformes du marché du travail" pour diminuer le chômage et "des réformes de retraite qui doivent être prolongées".

Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse

 
Le commissaire européen au Affaires économiques et monétaires Olli Rehn estime dans une interview publiée dans Le Monde de samedi que l'effort d'ajustement budgétaire de la France est mené avec une "intensité remarquable" et des mesures supplémentaires d'économies ne sont pas indispensables. /Photo prise le 14 novembre 2012/REUTERS/François Lenoir