ADP abaisse plusieurs de ses objectifs face à un trafic ralenti

jeudi 20 décembre 2012 22h06
 

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Aéroports de Paris a annoncé jeudi l'abaissement de plusieurs objectifs clés pour 2015 et la mise en oeuvre d'un plan d'économies en raison du ralentissement du trafic depuis cet été et de la dégradation des perspectives économiques.

L'exploitant des aéroports parisiens de Roissy et d'Orly, dont Augustin de Romanet a été nommé PDG fin novembre, table désormais sur une croissance annuelle moyenne de 1,9% à 2,9% du trafic passager entre 2010 et 2015, au lieu de 3,2% auparavant.

Le groupe, dont l'Etat détient 52%, n'attend en conséquence plus qu'une croissance de 25% à 35% de son excédent brut d'exploitation (Ebitda) entre 2009 et 2015, au lieu de 40% auparavant.

Mais l'effort engagé pour développer ses commerces permet à ADP de maintenir son objectif de chiffre d'affaires par passager à 19 euros en 2015, quasiment doublé en dix ans.

"Le modèle économique est inchangé et reste robuste mais nous tirons les conséquences du ralentissement de la conjoncture économique sur le trafic", a déclaré le directeur financier Laurent Galzy lors d'une conférence téléphonique.

L'Association internationale du transport aérien (Iata) a dit la semaine dernière anticiper un ralentissement de la croissance du trafic à 4,5% en 2013 contre 5,3% prévu pour 2012.

ADP a confirmé viser pour 2012 une croissance modérée de son chiffre d'affaires et du trafic. A fin novembre, la croissance cumulée du trafic depuis le début de l'année était de 1,1%, en deçà des attentes du groupe.

Pour 2013, ADP prévoit une stabilité de son trafic, mais Laurent Galzy n'a pas voulu s'engager sur une prévision de chiffre d'affaires à ce stade.   Suite...

 
Vue du Terminal 2 de Roissy Charles-de-Gaulle. Aéroports de Paris a annoncé jeudi l'abaissement de plusieurs objectifs clés pour 2015 et la mise en oeuvre d'un plan d'économies en raison du ralentissement du trafic depuis cet été et de la dégradation des perspectives économiques. /Photo d'archives/REUTERS/Veronique Paul/ADP/HO