ICE achète Nyse Euronext pour 8,2 milliards de dollars

jeudi 20 décembre 2012 21h12
 

par Lauren Tara LaCapra et Sophie Sassard

NEW YORK/LONDRES (Reuters) - Le groupe américain IntercontinentalExchange (ICE) a annoncé jeudi le rachat de Nyse Euronext, une opération de 8,2 milliards de dollars (6,2 milliards d'euros) motivée avant tout par les perspectives du marché des produits dérivés financiers.

ICE a d'emblée déclaré qu'il chercherait à se séparer d'Euronext, la branche européenne de Nyse Euronext, en l'introduisant en Bourse une fois l'acquisition achevée au second semestre de l'an prochain.

"Notre opération vise à répondre à l'évolution actuelle des infrastructures de marché et présente toute une série d'opportunités de croissance", déclaré le PDG du groupe, Jeff Sprecher, cité dans un communiqué.

ICE déboursera 33,12 dollars en numéraire et en titres par action Nyse Euronext, soit une prime de plus de 37% par rapport au cours de clôture de mercredi.

Vers 20h GMT, le titre Nyse Euronext s'envolait de 33,85% à Wall Street, tandis que l'action ICE gagnait 0,61% après avoir pris près de 2% à l'ouverture.

En réaction à cette annonce, Standard & Poor's a placé les notes 'A+/A-1' de Nyse Euronext sous surveillance, avec implication négative, soulignant que la nouvelle entité aurait un endettement significatif.

ICE, jusqu'à présent implanté principalement sur les marchés à terme de l'énergie, s'apprête à prendre le contrôle du New York Stock Exchange, l'emblématique et bicentenaire marché actions de Wall Street, ainsi que sur les Bourses de Paris, Bruxelles, Amsterdam et Lisbonne.

L'opération permettra surtout à ICE de mettre la main sur le marché de produits dérivés Liffe, le deuxième d'Europe, ce qui le renforcera considérablement face à son principal concurrent, CME Group, l'opérateur du Chicago Board of Trade.   Suite...

 
L'opérateur boursier Nyse Euronext a été racheté jeudi par l'américain IntercontinentalExchange pour 8,2 milliards de dollars (6,2 milliards d'euros). La transaction est motivée avant tout par les perspectives du marché des produits dérivés financiers. Le nouveau groupe deviendra le numéro trois mondial, devant Deutsche Börse, mais derrière CME Group et Hong Kong Exchanges and Clearing. /Photo prise le 20 décembre 2012/REUTERS/Andrew Kelly