Jean-Bernard Lévy va devoir mettre Thales en ordre de bataille

jeudi 20 décembre 2012 14h22
 

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - L'arrivée de Jean-Bernard Lévy à la tête de Thales ouvre une nouvelle ère pour l'équipementier d'aéronautique et de défense, qui devra continuer à améliorer sa rentabilité tout en se positionnant pour la prochaine vague de consolidation du secteur de la défense en Europe.

Cette nomination, fruit d'un consensus entre l'Etat et Dassault Aviation, les deux premiers actionnaires de Thales, intervient deux jours après l'annonce de la succession de Charles Edelstenne à la tête de l'avionneur, en janvier.

"Il y a une phase de transition chez Thales qui sera plus longue et complexe que ce qu'on anticipait. Il faudra gérer des questions d'ego, ce qui est peut-être un peu problématique à court terme", juge un analyste.

Pascale Sourisse et Reynald Seznec, qui ont pris la tête des deux zones géographiques de Thales à la suite du remaniement de la direction en juillet, étaient pressentis pour succéder à Luc Vigneron. Mais l'Etat qui soutenait la première et Dassault Aviation qui préférait le second ont fini par s'entendre sur Jean-Bernard Lévy.

Près de six mois après avoir quitté avec fracas le groupe de télécoms et de divertissement Vivendi, qu'il avait contribué à façonner à coup d'acquisitions, Jean-Bernard Lévy aura pour première mission de remettre de l'ordre dans la maison Thales, déchirée par la rupture du dialogue entre les syndicats et Luc Vigneron.

"La première étape c'est la pacification, la deuxième étape ce sont des fusions-acquisitions pour trouver des relais de croissance et ça, il a prouvé qu'il savait le faire", estime le même analyste.

A la tête de Vivendi, Jean-Bernard Lévy a notamment mené l'intégration de Neuf Cegetel dans SFR, l'acquisition de l'opérateur télécoms brésilien GVT et la création d'Activision Blizzard, numéro un mondial des jeux vidéo.

AMÉLIORER ENCORE LES MARGES   Suite...

 
L'arrivée de Jean-Bernard Lévy à la tête de Thales ouvre une nouvelle ère pour l'équipementier d'aéronautique et de défense, qui devra continuer à améliorer sa rentabilité tout en se positionnant pour la prochaine vague de consolidation du secteur de la défense en Europe. /Photo prise le 1er mars 2012/REUTERS/Jacky Naegelen