Freddie Mac et Fannie Mae auraient perdu 3 milliards au Libor

jeudi 20 décembre 2012 11h59
 

WASHINGTON (Reuters) - Les organismes de crédit immobilier semi-publics américains Fannie Mae et Freddie Mac pourraient avoir subi des pertes de plus de trois milliards de dollars (2,3 milliards d'euros) à cause de la manipulation du taux Libor, selon un document interne d'un organisme de surveillance que s'est procuré Reuters.

Ce document, adressé par son inspection générale à l'Agence fédérale pour le financement du logement (FHFA), qui assure la tutelle des deux groupes depuis leur nationalisation en 2008, souligne la nécessité d'étudier la possibilité de poursuites judiciaires à l'encontre des banques qui ont manipulé le Libor.

"Nous avons mené une analyse préliminaire des pertes potentielles liées au Libor chez Fannie Mae et Freddie Mac, puis nous l'avons soumise au FHFA, lui recommandant d'approfondir la question, ce que le FHFA a accepté de faire", a déclaré une porte-parole de l'organisme de surveillance.

Des enquêtes sont ouvertes depuis plusieurs mois sur des établissements bancaires en Europe, aux Etats-Unis, au Canada et au Japon pour tenter de faire toute la lumière sur des manipulations des taux Libor, qui servent de référence pour des produits financiers portant sur des milliers de milliards de dollars de transactions dans le monde entier.

Le groupe bancaire suisse UBS s'est vu infliger mercredi une amende de 1,4 milliard de francs (1,16 milliard d'euros) et a admis qu'une quarantaine de ses collaborateurs avaient participé à la manipulation du taux Libor.

Fannie Mae et Freddie Mac, qui ont bénéficié depuis 2008 d'aides publiques d'un montant global de 190 milliards de dollars, ont eu recours aux taux Libor pour leurs investissements sur des titres hypothécaires et des swaps.

Margaret Chadbourn, Catherine Monin pour le service français, édité par Marc Angrand

 
Les organismes de crédit immobilier semi-publics américains Fannie Mae et Freddie Mac pourraient avoir subi des pertes de plus de trois milliards de dollars (2,3 milliards d'euros) à cause de la manipulation du taux Libor, selon un document interne d'un organisme de surveillance que s'est procuré Reuters. /Photos d'archives/REUTERS