L'usine Renault en Algérie, un investissement d'un milliard

jeudi 20 décembre 2012 11h07
 

ALGER (Reuters) - L'usine que le constructeur automobile Renault construira en Algérie nécessitera environ un milliard d'euros d'investissement, a indiqué le ministre algérien de l'Industrie, cité jeudi dans le quotidien El Watan.

Cette somme sera répartie entre l'Etat algérien et Renault sur une base de 51%/49%, a encore ajouté Cherif Rahmani.

Interrogé sur cette répartition, qui représenterait pour le groupe au losange un investissement de 490 millions d'euros, une porte-parole de Renault a refusé de faire un commentaire.

"Pour le groupe, l'investissement sera de 50 millions d'euros dans un premier temps", a-t-elle simplement indiqué.

Le ministre algérien a précisé que la marque au losange aura une exclusivité de trois ans sur le marché algérien, ce qui interdit à tout autre société automobile de conclure un accord similaire avec une société publique algérienne.

Le groupe français, qui souhaitait une exclusivité de cinq ans, a annoncé cette semaine son retour dans un pays où la marque est présente depuis 1922 et où il a déjà exploité une usine de voitures dans les années 1960.

L'accord sur ce site, qui pourra produire des voitures et des utilitaires à destination principalement du marché algérien, a été signé jeudi.

L'usine, dont l'Etat algérien détiendra 51% et Renault 49%, aura en 2014 une capacité de production annuelle de 25.000 véhicules, qui pourra ensuite être portée à 75.000 unités. Le groupe y produira d'abord un dérivé de la dernière Logan.

Julien Ponthus, avec Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot

 
Concessions Renault à Alger. L'usine que le constructeur automobile Renault construira en Algérie nécessitera environ un milliard d'euros d'investissement, a indiqué le ministre algérien de l'Industrie. /Photo prise le 18 décembre 2012/REUTERS/Louafi Larbi