UBS lourdement sanctionné pour manipulation du Libor

mercredi 19 décembre 2012 17h47
 

par Katharina Bart et Tom Miles

ZURICH (Reuters) - Le groupe bancaire suisse UBS s'est vu infliger mercredi une amende de 1,4 milliard de francs (1,16 milliard d'euros), admettant une fraude perpétrée par une quarantaine de ses collaborateurs et prenant la forme d'une manipulation du taux Libor.

Des traders d'UBS se sont entendus avec des courtiers pour manipuler ce taux interbancaire, référence mondiale pour des milliers d'opérations financières quotidiennes de par le monde, rémunérant ces derniers pour leur collaboration. Ces traders se sont en outre associés à des homologues d'autres banques.

C'est la première fois que des courtiers sont accusés d'avoir accepté d'être rémunérés pour participer à une manipulation.

L'amende établie avec les autorités américaines, britanniques et suisses dépasse largement celle de 453 millions de dollars (362 millions d'euros) infligée à la banque britannique Barclays en juin pour manipulation du taux interbancaire Libor.

C'est la deuxième amende la plus importante jamais réglée par une banque, infligée une semaine après que la britannique HSBC a annoncé qu'elle paierait une amende de 1,92 milliard de dollars (1,48 milliard d'euros) pour mettre un terme à une enquête ouverte il y a plusieurs années par les autorités américaines pour blanchiment d'argent.

Pour autant, le marché ne sanctionne pas UBS, dont l'action, qui avait ouvert en baisse, a promptement remonté et gagnait 1,4% à 15,47 francs à 11h10 GMT. Les traders estiment que le règlement, quoiqu'onéreux, a au moins le mérite de lever une incertitude.

"On voit bien au vu du mouvement de l'action que l'amende est déjà incorporée", dit Markus Jordi (Cosmos Capital). "La banque a déjà remercié certains traders, s'est excusée, a dit qu'elle fermerait certains pans de sa banque d'investissement et a refondu la direction."

"NOUS REGRETTONS PROFONDÉMENT"   Suite...

 
Le groupe bancaire suisse UBS s'est vu infliger mercredi une amende de 1,4 milliard de francs (1,16 milliard d'euros), admettant une fraude perpétrée par une quarantaine de ses collaborateurs et prenant la forme d'une manipulation du taux Libor. /Photo prise le 19 décembre 2012/REUTERS/Michael Buholzer