Stagnation du PIB britannique et inflation à plus de 2% en 2013

mercredi 19 décembre 2012 12h15
 

LONDRES (Reuters) - L'économie britannique devrait stagner à court terme tandis que l'inflation devrait dépasser 2% l'année prochaine, montre le compte-rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Banque d'Angleterre (BoE).

La décision du Comité de politique monétaire de maintenir son principal taux d'intérêt à un niveau historiquement bas et sa politique de rachat d'obligations à 375 milliards de livres (461 milliards d'euros environ) à l'issue de cette réunion le 6 décembre était très attendue, la persistance de l'inflation ayant éclipsé les craintes liées à la stagnation de l'économie.

David Miles est le seul membre du Comité de politique monétaire favorable à une augmentation du programme de rachats d'actifs par la banque centrale car, selon lui, l'économie est suffisamment faible pour absorber une augmentation de la production sans que cela alimente l'inflation.

"La plupart des membres sont d'accord sur le fait que l'évolution de la situation depuis un mois n'a pas modifié l'équilibre entre les arguments pour maintenir ou augmenter l'ampleur du soutien monétaire", rapporte le compte rendu de la BoE.

L'inflation atteignait 2,7% en novembre en Grande-Bretagne, son plus haut niveau depuis mai, contredisant ainsi les prévisions qui tablaient sur un ralentissement de la hausse des prix, ont montré les chiffres officiels publiés mardi.

L'inflation devrait se maintenir l'année prochaine au dessus de son objectif de 2%, explique le compte-rendu de la dernière réunion de politique monétaire. Il ajoute que l'activité économique devrait stagner à court terme mais que le produit intérieur brut (PIB) devrait se contracter sur les trois derniers mois de cette année.

Olesya Dmitracova, Constance De Cambiaire pour le service français, édité par Marc Angrand

 
L'économie britannique devrait stagner à court terme tandis que l'inflation devrait dépasser 2% l'année prochaine, selon le compte-rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Banque d'Angleterre (BoE). /Photo d'archives/REUTERS/Marcos Brindicci