UBS admet une fraude sur le Libor et paie 1,4 milliard de francs

mercredi 19 décembre 2012 07h58
 

par Katharina Bart et Tom Miles

ZURICH (Reuters) - UBS devra débourser 1,4 milliard de francs suisses (1,16 milliard d'euros) pour régler une affaire de manipulation de taux d'intérêt, tout en admettant une fraude perpétrée à partir de sa filiale japonaise de 2005 à 2010.

L'amende établie avec les autorités américaines, britanniques et suisses dépasse largement celle de 453 millions de dollars (362 millions d'euros) infligée à la banque britannique Barclays en juin pour manipulation du taux interbancaire Libor.

C'est la deuxième amende la plus importante jamais réglée par une banque, infligée une semaine après que la banque britannique HSBC a annoncé qu'elle paierait une amende de 1,92 milliard de dollars (1,48 milliard d'euros) pour mettre un terme à une enquête ouverte il y a plusieurs années par les autorités américaines pour blanchiment d'argent.

"Nous regrettons profondément ce comportement incorrect et contraire à l'éthique. Aucun bénéfice financier ne saurait primer sur la réputation de notre groupe, et nous sommes fermement décidés à mener nos activités en toute intégrité", a déclaré le directeur général d'UBS Sergio Ermotti dans un communiqué.

UBS précise qu'elle versera 1,2 milliard de dollars au département de la Justice et à la Commodity Futures Trading Commission (CTFC) des Etats-Unis, 160 millions de livres à la Financial Services Authority (FSA) britannique et 59 millions de francs suisses, à partir de son bénéfice estimé, au régulateur suisse Finma.

Selon la FSA, 45 personnes au moins ont participé aux manipulations de taux, perpétrées sur toute une variété de taux interbancaires Libor, qui servent de base à des milliers de milliards de dollars de transactions de par le monde et à toute une batterie de taux, allant des cartes de crédit à de complexes dérivés financiers.

Les variations infimes de ces taux, calculés à partir des informations quotidiennes données par les banquiers, impliquent pour certains établissements des millions de bénéfices mais aussi, en contrepartie, des millions de pertes pour d'autres. Toute manipulation de ces taux, lorsqu'elle est révélée, peut ainsi être synonyme de procès multiples au civil.

UBS estime qu'en raison de provisions constituées pour régler en particulier le litige Libor, elle enregistrera au quatrième trimestre une perte nette de l'ordre de 2 à 2,5 milliards de francs suisses.

Mais le groupe bancaire table pour l'exercice annuel sur un bénéfice imposable de 2,5 à 3 milliards de francs.

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

 
La Finma, l'autorité de surveillance des marchés financiers suisses, a annoncé qu'UBS avait gravement enfreint la législation locale des marchés financiers en manipulant les taux Libor et a confisqué des bénéfices d'un montant de 59 millions de francs suisses (49 million d'euros). /Photo prise le 18 décembre 2012/REUTERS/Michael Buholzer