Renault retourne en Algérie

mardi 18 décembre 2012 12h36
 

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Renault a confirmé mardi qu'il construirait une usine automobile en Algérie, ce qui confortera sa place de leader sur ce marché local en plein boom.

Le groupe français fera ainsi son retour dans un pays où la marque est présente depuis 1922 et où il a déjà exploité une usine de voitures dans les années 1960. Le site avait cessé son activité après sa nationalisation en 1969 et, depuis, l'Algérie assemble seulement des camions, mais plus de voitures.

"Renault signera demain l'accord pour l'implantation en Algérie d'une usine de construction automobile", a déclaré une porte-parole de Renault, confirmant une information du Figaro.

Le directeur régional du groupe français, Jean-Christophe Kugler, et le ministre algérien de l'Industrie, Chérif Rahmani, signeront mercredi un accord en ce sens en marge de la visite d'Etat de François Hollande en Algérie, a-t-elle ajouté.

Selon Le Figaro, l'usine, située près d'Oran et dont l'Etat algérien détiendra 51% et Renault 49%, aura en 2014 une capacité de production annuelle initiale de 25.000 véhicules, qui pourra ensuite être portée à 75.000 unités. Le groupe y produira des Renault Symbol, un modèle dérivé de la dernière Logan.

Le deuxième constructeur français, qui poursuit l'internationalisation de ses ventes pour réduire sa dépendance vis-à-vis d'un marché européen sinistré, a déjà inauguré en février une usine à Tanger, au Maroc, pour produire le Lodgy et le Dokker, deux monospaces venant compléter la gamme low cost Dacia.

Mais contrairement au futur site algérien, l'usine marocaine a surtout vocation à exporter vers l'ensemble du bassin méditerranéen. Elle est aussi beaucoup plus grande, avec à terme une capacité annuelle de 400.000 unités.

PLUS D'UN QUART DU MARCHÉ LOCAL   Suite...

 
Renault a déclaré mardi qu'il signerait mercredi un accord pour construire une usine en Algérie, confirmant ainsi une information du Figaro. /Photo d'archives/REUTERS/Vincent Kessler